Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 This is a mad world (feat Hannibal Lecter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité




MessageSujet: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Lun 11 Nov - 14:35

Lyssandre entra dans la salle d’attente du Docteur Lecter. Rapides coup d’œil à droite et à gauche, puis elle s’assit sur une chaise, croisant les jambes naturellement. Elle avait dix minutes d’avance, son frère l’ayant déposé juste devant la demeure du psychiatre avant de partir prendre son service à l’hôpital.
La jeune fille ne se sentait pas vraiment à sa place ici, et pour faire passer le temps, elle ouvrit son manuel d’histoire pour consulter rapidement les exercices à faire pour le lendemain. Elle venait de sortir des cours, et son cerveau était en ébullition. Elle avait cru mourir d’ennui à la dernière heure, et heureusement le supplice que représentait le lycée pour elle ne recommencerait qu’après le week end.
Elle ne s’était pas encore très bien intégrée au lycée de Baltimore. Certes, elle ne s’était jamais vraiment intégrée nulle part, mais là c’était encore pire. Elle avait l’étiquette de nouvelle collée sur le front, et les élèves n’arrêtaient pas de la dévisager.
Et puis quand elle avait fait un petit geste de rien du tout pour les souris du labo de sciences naturelles, elle s’était retrouvée convoquée avec Thomas dans le bureau du proviseur, et comme son dossier scolaire avait été largement paraphé d’avertissements, le chef d’établissement avait émis le souhait que Lyssandre soit suivie pour améliorer si possible son comportement. Voilà la raison pour laquelle elle se tenait maintenant à présent dans le cabinet du Docteur Lecter.
Quand il lui ouvrit la porte, elle eut la surprise de voir que c’était un homme encore jeune, très courtois et qui prenait soin de sa tenue. Son « bonsoir » la fit se lever de sa chaise et elle se cramponna à son sac à dos.

- Bonsoir…Malsoir plutôt, fit-elle finement remarquer comme il n’avait cessé de pleuvoir tout le long de la journée et que les précipitations perduraient.

Elle ne savait plus qui avait conseillé à son frère ce psychiatre plutôt qu’un autre. Etait ce le psychologue du lycée même ou un de ses collègues ? Lyssandre aurait été incapable de le dire, pourtant il était certain que Thomas lui en avait touché un mot. Mais elle avait du être trop accaparée par la lumière se reflétant sur les tournesols du jardin pour y prêter attention.
L’adolescente suivit le docteur dans son cabinet sans un mot de plus pour s’asseoir, droite comme un i sur le fauteuil de cuir en face de lui.

- C’est mon frère qui vous a appelé pour prendre ce rendez-vous…j’avoue que je ne sais pas trop ce que je suis censée faire…et surtout quoi vous dire. Vous êtes le deuxième psychiatre que je vois, et j’espère que vous n’allez pas faire comme le précédent, me proposer plein de tests horribles auxquels j’échouerai. Des arrêtes qui se ressemblent mais se troublent avec leurs flèches, quelle mauvaise idée !

Elle faisait référence à des exercices de QI qu’elle avait essayé de résoudre au seul rendez vous qu’elle avait eu étant enfant pour diagnostiquer ses problèmes d’attention en classe. Elle ne savait pas si ses explications étaient claires, et en fait, elle ne se rendait pas compte que souvent son discours paraissait confus.
Sa position ne lui convenant pas, elle passa ses jambes par dessus l’accoudoir, observant la pièce par la même occasion, attendant la réponse du Docteur. La bibliothèque retint son attention. Elle se releva d’un bond, s’exclamant, sans même se rendre compte qu’elle pouvait très bien être en train de couper la parole à son interlocuteur :

- La bibliothèque d’Alexandrie ! Construite en - 288, grâce à Ptolémée 1er. Elle visait à regrouper 500 000 ouvrages. Zénodote d’Éphèse, puis Aristophane de Byzance, Aristarque de Samothrace et Apollonios de Rhodes, tant de personnes pour diriger un bâtiment, c’est une chose étonnante, vue qu’elle n’est pas vivante…elle n’a pas besoin d’ordre…

Ce qui se passait dans la tête de Lyssandre, c’était comme un flash, un rappel de ce qu’elle avait lu lors de ses pérégrinations, et qui paraissait faire absolument sens pour elle, comme elle avait sous les yeux une bibliothèque. Elle ignorait que sa logique interne pouvait en surprendre plus d’un et surtout être inconvenant.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Mer 13 Nov - 8:22

Quelques coups de fusain sur une feuille blanche, le psychiatre dessinait le portrait d'une femme habillée dignement et dont le regard miroitait une expression maternelle et également des origines asiatiques. Qu'était devenue Dame Murasaki ? Elle devait avoir bien vieilli et devait avoir appris à vivre sans Hannibal. Il lâcha le fusain en regardant l'heure sur sa montre, il avait encore un rendez-vous ce soir avec une certaine Lyssandre Dawn. Il marcha à pas légers vers la porte du cabinet et l'ouvrit. Il aperçut dans la salle d'attente celle qui devait être sa patiente ce soir.
Il se mit à sourire comme toujours.

- Bonsoir. Je vous en prie, entrez.

- Bonsoir…Malsoir plutôt

Il entendit la remarque et ne put s'empêcher que c'était à cause du temps mais selon le Dr Lecter, ce ne pouvait pas être que ça. On ne rendait pas tout si négatif seulement parce qu'il pleuvait. Elle le suivit dans le cabinet où elle s'installa sur le fauteuil. Hannibal rangea le carton à dessins dans le tiroir du bureau puis vint s'asseoir en face d'elle.

- C’est mon frère qui vous a appelé pour prendre ce rendez-vous…j’avoue que je ne sais pas trop ce que je suis censée faire…et surtout quoi vous dire. Vous êtes le deuxième psychiatre que je vois, et j’espère que vous n’allez pas faire comme le précédent, me proposer plein de tests horribles auxquels j’échouerai. Des arrêtes qui se ressemblent mais se troublent avec leurs flèches, quelle mauvaise idée ! 


Il savait que tous les psychiatres n'avaient pas les mêmes méthodes mais Hannibal Lecter était respecté dans la ville comme étant un psychiatre clairvoyant même si ses méthodes étaient parfois peu orthodoxes pour la profession. 


- Nous ne ferons aucun test Lyssandre. Je peux vous appeler Lyssandre ? 

Hannibal s'appuya contre le dos du fauteuil, confortablement installé. Il remarqua qu'elle s'était levée, son attention retenue par la bibliothèque et le nombre de livres dans la pièce. Hannibal s'était fait une belle collection depuis sa jeunesse et avait dirigé la construction de ce cabinet qui lui ressemblait parfaitement.

- La bibliothèque d’Alexandrie ! Construite en - 288, grâce à Ptolémée 1er. Elle visait à regrouper 500 000 ouvrages. Zénodote d’Éphèse, puis Aristophane de Byzance, Aristarque de Samothrace et Apollonios de Rhodes, tant de personnes pour diriger un bâtiment, c’est une chose étonnante, vue qu’elle n’est pas vivante…elle n’a pas besoin d’ordre…


Hannibal ne put s'empêcher de retenir un sourire et il se leva aussi, se posant juste à côté d'elle et regardant les livres.

- Elle n'a pas besoin d'ordres mais de protecteurs. Comme tout le monde le sait, c'est Jules César qui a provoqué un incendie fatal à la Bibliothèque d'Alexandrie et qui a provoqué la perte de centaines de manuscrits. Haendel l'évoque dans son opéra Giulio Cesare, une oeuvre admirable pour son époque.

Il bougea et se rassit finalement, attendant de voir si elle était disponible.

- Je ne vous demanderais aucun test mais ici, c'est vous qui dirigerez la conversation même s'il pourra m'arriver de poser quelques questions. Cela vous convient ? La question est donc...De quoi souhaitez-vous que l'on parle ?

Il la regarda sans véritablement sourire mais d'un regard sérieux. Un regard qui n'était pas froid non plus car une certaine envie d'aider se dégageait des yeux du Dr Lecter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Mer 13 Nov - 18:45

La jeune fille avait acquiescé quand le Docteur lui avait demandé s’il pouvait l’appeler Lyssandre. Encore quelque chose qu’elle ne saisissait pas chez les gens ! Cette manie de vouloir mettre un nom sur les choses. Elle n’aurait vu aucun inconvénient s’il l’avait appelée Bleuette ou Red-girl (en référence à ses cheveux). Le tout c’était qu’elle comprenait qu’on s’adresse à elle….pour le reste….Lyssandre avait une aversion des mots quand elle devait les écrire, mais paradoxalement elle adorait leur son quand elle les prononçait. Quelque fois elle ne se souciait pas du sens…mais du son. Et puis parler…parler…pour ne rien dire, elle trouvait que la vérité se situait plus dans les actions que dans les mots. Elle allait juger le psychologue comme un défenseur des mots, mais un éclat particulier s’alluma dans les yeux de Lyssandre à sa remarque pertinente sur la Bibliothèque d’Alexandrie. Tiens….un humain qui ne sonnait pas creux ! Comme c’était singulier ! Comme cela paraissait étrange et déplacé au milieu de cette ville Baltimore, qui avait l’air d’être le parfait lieu de vie le plus commun de tous les Etats Unis. Il ne s’était pas comporté comme la plupart des gens que l’adolescente avait rencontrés : il ne l’avait pas sermonnée en la taxant d’un « hors sujeeeeeeeeeeet » comme tant de professeurs. Mieux : il n’avait pas parut complètement décontenancé ou blasé.

Giulio Cesare. Lyssandre goûta ce nom comme on goûte une part de framboisier. Un nom qui sonnait si peu américain. Italien ? Elle n’avait pas beaucoup de connaissance en ce domaine mais déjà tout son esprit s’affolait : Qui était Haendel ? Quel tête pouvait-il bien avoir bon sang ? Elle ne voyait pas d’image quand elle entendait ce mot c’est qui la perturbait énormément. Elle tortilla une mèche de ses cheveux nerveusement.
Un opéra ? Comme dans Farinelli ? Elle se souvenait vaguement d’un castrat à la voix d’ange…mais elle n’en était plus très sure…Le psychologue savait-il à quel point sa remarque déclenchait une ribambelle de question chez la jeune fille ?

Elle le vit s’asseoir de nouveau. A vrai dire, elle n’avait pas très envie de se retrouver amorphe sur un fauteuil –ce qui lui rappelait la vie scolaire-. Elle se demandait si elle devait faire des efforts, si elle devait se contraindre comme 90 pourcent de son temps au lycée. Finalement, elle grimaça et reprit sa place sur son siège, mais se mit à regarder le plafond. Elle avait croisé les jambes et agitait un pied de façon énergique comme pour suivre le rythme d’une musique inaudible. Il lui demandait de parler. Mais parler de quoi ? Elle ne savait pas quoi dire, elle ne savait pas ce qui était intéressant à transmettre au médecin. Devait-elle trier les informations comme en cours d’histoire ? chronologiquement ? Ou thématiquement comme en littérature ? Y avait-il des sujets balisés ?

C’était dans ces moments que Lyssandre trouvait le monde complètement fou avec cette obsession des mots. Parler…dire…nommer, décrire. Quel véritable enfer que de faire tout ce tri ! voilà pourquoi elle avait des zéros pointés en dissertation.
L’adolescente poussa un long soupir. Elle ne s’était pas rendu compte que plusieurs minutes s’étaient écoulées dans le silence absolu. L’inspiration lui venant, elle inspira pour débiter à toute vitesse :

- Pour être franche, je souhaite ne parler de rien en particulier, voire ne pas parler du tout, c’est fatigant. Blablablabla. J’entends cela 8h par jour coincée sur une chaise, j’ai juste l’impression de mourir, et je ne voudrais pas vous infliger cela. Mais puisqu’on m’a mit dans cette pièce, je pense que c’est pour corriger quelque chose chez moi. Je ne vois pas en quoi vous parler va modifier mon bulletin scolaire, mais c’est la logique du proviseur pas la mienne. Il n’arrive pas à comprendre que j’aurai toujours zéro à ses dissertations, qu’importe le nombre de fois où il me fera redoubler.

Elle se mit à inspecter ses ongles pour vérifier si son vernis n’était pas écaillé. Ce n’était pas par pure coquetterie, mais simplement parce qu’elle n’arrivait pas à focaliser son attention sur ce que elle même disait.

- Il n’y a qu’avec Tom que tout est clair. Il ne parle pas, il me regarde, il me montre, c’est reposant, ajouta-t-elle faisant référence à son frère avec tendresse.

Penser à son frère assombrit légèrement son visage cependant. Comme si l'amour qu'elle éprouvait pour lui se mêlait d'une profonde inquiétude.

- Regarde (pause)....là....prononça-t-elle distinctement.

Elle eut un sourire. Elle aimait la sonorité de ces mots. Elle les avait juste dits pour leur phonèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 16 Nov - 14:16

Malgré le fait qu'elle se soit assis, une part d'elle voulait demeurer énergique plutôt que prostré dans ce fauteuil. Le pied se balançant en cadence, Hannibal suivait le mouvement avec son regard sans non plus vraiment le regarder. Il demeurait assis, attentif, et ne dit rien tant qu'elle n'avait pas fini de parler. Elle ne voudrait pas parler, c'est sans doute ça. L'homme avait ressenti le besoin de mettre des mots sur chaque objet, chaque concept et lorsqu'on arrivait dans ce monde, on perdait vite haleine. Hannibal a dû apprendre dès ses treize ans ce qu'était un " bolchevique " et ce qu'étaient ses parents pour ses ennemis, des " sales capitalistes ". Ces concepts flous et indistincts pour un enfant ont dû s'ancrer dans l'esprit du jeune garçon tout comme la voix dure et rauque de Vladis Grutas. 
Hannibal ferma les yeux doucement avant de les rouvrir, faisant face à Lyssandre. Elle était souriante à la simple évocation de son frère.

Le Dr Lecter se leva et se dirigea vers un objet qui se trouvait dans le bureau. Il l'extirpa du tiroir et le posa sur le bureau. Cela ressemblait à un vieux magnétophone mais il semblait avoir été si bien entretenu qu'on entendrait presque une musique sans imperfections et sans grésillements intempestifs. 

- Si vous ne souhaitez parler de rien, je pense que vous n'aurez rien contre un peu de musique. Vous aimez l'opéra ?


Piangero la sorte mia ]


Il fit tourner et non pas par hasard, il choisit une piste de l'opéra Giulio Cesare de Haendel, une chanson appelée Piangero la sorte mia.
Il vint se rasseoir, ne disant rien et laissant la musique imprégner la pièce. Parler d'un sujet est désagréable ? Ils pourraient discuter du ressenti à l'écoute de cette musique alors. La musique est connue pour faire vibrer l'âme et Hannibal est féru de musique classique ainsi que d'opéra.

- Giulio Cesare de Haendel, cette pièce est magnifique selon moi.

Il avait attendu la fin de la prestation pour parler. Il eut été impoli de dire quoi que ce soit pendant que la voix chantait encore. Il regardait Lyssandre, droit dans les yeux, avec curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 16 Nov - 18:51

Hannibal Lecter eut la délicatesse de ne pas forcer l’adolescente à parler de ce qu’elle ne voulait pas. Mettre de la musique ? Ce n’était pas obligatoirement ce qui collait le plus à la jeune fille. A vrai dire, elle n’aimait pas très sensible à tout ce qu’il passait à la radio. Elle était attentive à énormément de sons, mais plutôt à ceux qu’elle trouvait dans la nature. Le chant du vent, de la pluie, le chant des grillons, les miaulements des chats de gouttière. Mais la musique la rendait souvent imperméable. Elle ne souffrait pas d’amusie réellement mais ce n’était pas loin. C’est pourquoi elle haussa les épaules quand le psychologue lui demanda si elle aimait l’opéra. Elle n’en savait rien. Sa famille n’avait jamais été très portée pour la musique, elle n’en avait pas écouté beaucoup quand elle était enfant. Du coup, elle n’avait jamais appris à vraiment écouter. Pour elle, c’était du son parasite qui venait l’embêter. Et de mémoire, il n’y avait qu’une seule œuvre musicale qui l’avait marquée, et c’était la strypsodie.  Et quand elle avait grandi, elle n’avait prêté que très peu de crédit à tout cours de musique au collège. Alors, pour être honnête avec elle même, il fallait qu’elle s’avoue que le mot « opéra » restait obscur pour elle. Elle n’en avait jamais vu un.

Elle le laissa allumer sa chaîne et quand le son s’infiltra jusque dans ses oreilles, elle fut interloquée. La voix de la chanteuse était impressionnant certes, mais pour Lyssandre se fut une expérience désagréable. Elle posa un coude sur son fauteuil et plaque fermement une paume contre son oreille pour atténuer le son qui lui vrillait les tympans. Tout cela était bien plus désagréable que le suave tapotement qu’elle entendait quand elle tapait sur le clavier de son ordinateur. Elle fut soulagée quand l’air s’interrompit enfin. Elle n’arrivait pas à comprendre comment le psychologue arrivait à aimer ce genre de choses. Elle fronça les sourcils en apprenant que cet air avait un rapport avec la chère Bibliothèque d’Alexandrie. Quoi ? C’était ça Giulio Cesare ?

- Je n’ai rien compris du tout !
s’exclama-t-elle avec une moue déconfite. Elle racontait quoi la Dame ? A force de crier…j’entendais même pas les syllabes…

C’était une manière naive et décomplexée de réagir. Lyssandre se mit cette fois ci en tailleur tout en détaillant le visage d’Hannibal Lecter. Elle ne comprenait pas pourquoi il s’infligeait ce genre de torture. Mais mine de rien, cette petite séance d’écoute avait libéré la jeune fille, elle s’exprimait plus librement.

- Vous aimez vraiment ce genre de choses ? Personnellement ça ne veut rien dire du tout. La strypsodie de Cathy Berberian, ça c’est drôle à écouter !

Et pour démontrer son avis, elle se leva, bien droite, comme si elle était en représentation et partit dans une imitation approximative :

- AHAHAAAA..aaaa…atchouu !Beuaaaah…plomp…plomp…brrrrrrrrrrrrr..BOOIIIIIIING

Le morceau se composait uniquement d’onomatopées et de certaines phrases, mots assénés avec différentes intensités et émotions. Lyssandre trouvait ce morceau plus vrai que nature, parce qu’il représentait tout ce qu’on pouvait entendre dans la vie de tous les jours. Et elle adorait le reprendre. Elle ne connaissait pas le morceau entier de mémoire et elle s’arrêta au bout d’une minute.

- Ca c’est magnifiquement vrai !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Dim 17 Nov - 10:02

Elle ne partageait pas son goût pour l'opéra mais Hannibal était amusé et plus ou moins satisfait par ce genre de réaction. Hannibal savait qu'elle aurait sûrement du mal pour se livrer à lui mais au moins, elle était honnête en disant qu'elle n'aimait pas. Contrairement aux autres qui auraient été moins critiques, elle avait dit exactement ce qu'elle pensait de ce qu'elle avait entendu sans ménager ses effets et cela suffisait à Hannibal pour comprendre une partie de son comportement. Il y avait quelque-chose d'intéressant qui faisait que la jeune femme rousse avait du mal à suivre mais Hannibal sentait plutôt que c'était l'enseignement qu'on lui procurait qui n'était pas adapté à la façon de penser de Lyssandre. Quelque-chose lui apparaissait comme évident dans la conceptualisation si particulière de cette fille.

- En effet, ça a l'air vraiment étonnant. 

Hannibal nota dans un coin de son esprit, dans son palais de la mémoire, le nom de la strypsodie. Il penserait à l'écouter quand il en aurait l'occasion mais ne savait pas vraiment à quoi s'attendre excepté un art moins conventionnel, plus anarchique. Déconstruire les règles était une forme d'art parfois agréable même si Hannibal se sentait plus à l'aise avec les classiques et ses souvenirs du passé ponctués par les tableaux et les aquarelles de son oncle.

- Que faites-vous quand vous vous ennuyez ? Vous avez des passe-temps hormis l'écoute de la strypsodie ?

Un sourire plus ou moins complice apparut sur le visage du psychiatre. Il avait l'air d'un homme sympathique et bien souvent compatissant comme s'il partageait déjà tout sans même avoir dit un mot. Ce n'était qu'une impression mais ça aidait souvent les patients pour accorder leur confiance au Dr Lecter.
Hannibal était toujours assis face à elle, il la regardait avec quelque-chose qui ressemblait à de la sympathie mais quand on connaissait Hannibal, on savait pertinemment que ça n'en était pas. Son sourire cachait le diable lui-même et le monstre au cœur par deux fois brisé. La sympathie et la confiance étaient les plus beaux déguisements seyant au Dr Lecter. Ils étaient bien ajustés et peaufinés depuis le temps à tel point que personne ne remarquerait rien. Comme en réponse à ce qu'elle lui disait sur son passe temps, il fit part de ses loisirs.

- Je dessine, j'écris et j'aime beaucoup cuisiner également pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Dim 17 Nov - 19:04

L’attitude d’Hannibal différait vraiment de celle des adultes que Lyssandre avait jusque là côtoyé. Une telle remarque sur la strypsodie dans un cours lui aurait voulu une observation et un blâme verbal. On l’aurait qualifié d’ « insolente » d’avoir exprimé son opinion ainsi sur l’opéra et c’était une quasi certitude qu’on lui aurait adressé une moue méprisante. Mais le psychologue ne semblait pas ainsi. Il était ouvert, il incitait aux confidences. N’importe qui l’aurait trouvé charmant, et pour nombreuses patientes, le qualificatif aurait même été un peu faible, mais l’adolescente ne le voyait pas ainsi. A vrai dire, elle n’était pas trop attachée aux marques de bienveillance, elle était bien trop concentrée sur ce qu’on attendait d’elle. Car oui, elle avait tellement l’habitude de se tromper, d’agir de façon peu synchrone que pour elle, écouter quelqu’un était un véritable travail de traduction. Parce qu’il y avait les mots, il y avait l’expression de visage, et cela avait forcément un sens ! Mais il y avait des pièges aussi…quelque fois l’expression de visage ne devait pas être comptabilisé, alors Lyssandre se basait sur les mots qu’elle détestait pourtant. Ils étaient tellement subjectifs ! Vous comprenez à présent pourquoi elle fuyait toute relation sociale : c’était par trop fatigant, tous ces exercices intellectuels.

Le psychologue l’interrogea sur ses passe-temps. Rien que l’expression passe-temps fit effet big bang dans la tête de Lyssandre. Le temps, vaste notion. Et « passer »…cela voulait dire que le temps était un ennemi ? Qu’il fallait le meubler ? Qu’on pouvait déambuler à côté de lui comme auprès d’un ami ? Ou alors c’était toutes les activités qu’on faisait tout simplement ? Elle se rassit du coup, cette question l’avait mouchée. Heureusement, le docteur apporta des précisions. L’écriture….oui…cette activité qui consistait à tracer des lettres et des mots encore et encore….beurk…très peu pour elle…le dessin… ? Elle n’avait jamais su dessiner, hormis les petits bonshommes de fil de fer…Cuisiner ? Ah oui cela lui rappelait que c’était elle qui devait faire le dîner ce soir, comme Thomas travaillait.

- cuisiner ? ah je cuisine aussi…je fais des plats de couleur…quelque fois c’est jaune, ou vert…j’aimerais faire des plats bleus mais c’est difficile de trouver des aliments bleus…mais ce n’est pas un passe-temps.

Elle inspecta ses ongles manucurés pour se remémorer ce qu’elle faisait de ses journées. Question si dérisoire pour tant de gens, mais difficile pour Lyssandre, il fallait connecter les informations, les détails, les synthétiser…

- Je code surtout…en cours je passe le temps en essayant de trouver un moyen pour cracker des trucs…c’est en cours que le temps ne passe pas…mais il n’y a pas énormément de choses à faire dans ces cas là…à part regarder par la fenêtre…à la maison le temps passe vite par contre parce que…

Elle s’interrompit brusquement, juste à temps pour ne pas révéler une information capitale. Embarquée dans son histoire, elle avait oublié qu’elle ne devait en aucun cas mentionner les activités de Thomas et le fait qu’elle recherchait des informations sur ses victimes.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Ven 22 Nov - 11:03

Il avait remarqué l'aisance de cette jeune femme à discuter mais il y avait néanmoins quelque-chose qui semblait rester bloqué dans ce qu'elle voulait dire, comme quelque-chose qui devait rester enfoui et ne pas sortir aux lumières vives du docteur dans ce cabinet.

- Si vous dites que le temps passe plus vite chez vous, je vous crois totalement mais en doutant, vous venez de m'indiquer que vous vouliez dissimuler quelque-chose. En venant à ce rendez-vous, je vous demanderais d'être aussi franche que vous l'avez été quand je vous ai fait écouter de l'opéra. Je suis soumis au secret médical et rien ne sortira de cette pièce quoiqu'il puisse arriver.

La confiance, c'était essentiel dans cette profession et Hannibal avait caché bien des choses lui-même donc il n'avait aucun mal à maintenir le secret médical et à ne rien dévoiler même si ses patients sont quelques fois des criminels fous et dangereux. Hannibal arrive à maîtriser ce genre de personnes et à orienter leur violence de manière utile.
Il restait assis et attendait de voir si Lyssandre finirait par se sentir en confiance ici ou si elle ne dirait rien. Le choix lui appartenait et il n'insisterait pas mais il ne ferait pas trop d'entretiens avec elle s'il ne faisait que s'entretenir avec une personne qui ne se livre pas réellement à la thérapie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Jeu 28 Nov - 17:15

Lyssandre se renfrogna d’un coup. Elle avait l’impression de se faire gronder comme une gamine qu’on avait surpris à mentir. Et elle n’aimait pas ça. Une moue boudeuse passa sur son visage pendant quelques secondes, et le silence s’installa. Pas qu’elle ait décidé de ne rien dire jusqu’à la fin de la séance, mais simplement parce qu’elle réfléchissait. Et elle réfléchissait à plein régime. Son cerveau crépitait.

Ce docteur était il si digne de confiance ?
C’était un humain, il était faillible.
Devait elle vraiment lui dire toute la vérité ?
Elle avait promis de garder son secret à Thomas. Raconter au psychologue revenait-il à le trahir même si celui ci ne dirait rien ?

Deviendrait-ce alors un secret gardé à trois ?

Le trouble total se dessinait sur le visage de l’adolescente. Elle ne savait plus quoi dire du coup. Elle croisa les bras, réflexe typique de défense et elles soupira longuement.

- Thomas et moi, nous partageons beaucoup de choses, on joue souvent ensemble.

C’était une vérité. Elle avait opté pour ne pas mentir, mais pour ne dévoiler que des vérités partielles, elle ne se sentait pas prête en cette première séance pour révéler quoi que ce soit, même si une partie d’elle se disait que parler de tous ces trucs dingues qui se passaient chez elle l’aiderait.

- Il est passionné de poupées …vous savez les poupées de porcelaine, il m’a même offert une robe de style hollandais identique à celle que porte une de ses préférées.


La vision des autres poupées la frappa soudain. Les poupées humaines…celles qu’il avait caché dans sa réserve…immobiles pales et blancs…des cadavres aseptisés soigneusement entreposés. Si soignés qu’ils paraissaient beaux. D’une beauté irréelle et froide comme la mort. Ils ressemblaient tellement aux poupées miniatures que son frère affectionnait. Sauf qu’ils avaient été vivants autrefois.
Lyssandre n’éprouvait pas de peine en pensant à eux…c’était un sentiment diffus qu’elle éprouvait sans savoir vraiment ce que c’était. Son frère l’habillait quelque fois, la coiffait. Et elle n’avait jamais fait le lien avec sa passion morbide. Elle n’avait jamais fait le rapprochement sur le fait qu’il la prenait peut être pour une poupée. Sa psychothérapie allait peut être lui ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Ven 13 Déc - 9:25

Les liens entre frère et sœur sont soit très solides ou soit très fragiles. C'est ce que pensent beaucoup de psychiatres comme le Dr Frederick Chilton par exemple mais le Dr Lecter n'était absolument pas d'accord avec eux. Une relation fraternelle contient, par essence, ces deux aspects. Cela semble paradoxal mais c'est pourtant la meilleure manière de décrire tout ceci.

Les bras croisés comme pour former un mur solide contre toute attaque n'est qu'une barrière d'autant plus fragile et facile à franchir. Elle faisait le premier pas vers un piège sans fin et Hannibal écouta attentivement.

- Il est passionné de poupées …vous savez les poupées de porcelaine, il m’a même offert une robe de style hollandais identique à celle que porte une de ses préférées.


Hannibal ne dit rien mais son intuition lui avait fait remarquer que peu de gens transposaient leur passion à ce point. Cela cachait peut-être quelque-chose ou pas mais cela aiguillonnait la curiosité du psychiatre.


- Est-il soucieux de votre apparence au point de vous habiller et vous coiffer ?

S'il prenait sa sœur pour une poupée en porcelaine, il se demandait ce que représentaient les autres gens que ce soient les hommes ou les femmes dont il croisait le chemin. Ce genre de passion est rare chez les garçons car ils subissent ensuite l'humiliation devant leurs camarades masculins aux remarques fortes de relents machistes. Un homme doit savoir porter ses couilles et par des humiliations, ils aiment se rappeler qui est le plus fort et qui sera toujours le plus faible. En général, ce sont ceux qui paraissent les plus faibles qui sont les plus dangereux de tous...
Hannibal Lecter était bien placé pour le savoir...

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Ven 17 Jan - 18:29

Est-il soucieux de votre apparence au point de vous habiller et vous coiffer ?


La remarque du psychologue frappa de stupeur l’adolescente. Elle ne put rien faire que de le regarder droit dans les yeux pendant plusieurs secondes. Qu’il ait visé si juste, et de façon si facile la retournait complètement. Car oui, Thomas la coiffait, et l’habillait. Il y prenait grand soin. Et Lyssandre avait fini par trouver ça complètement normal même si elle n’en avait parlé à personne. Comme si une partie d’elle que ce n’était pas un comportement si répandu et qu’elle voulait protéger son frère. C’était leur moment intime, un moment à eux seuls. Cela symbolisait pour l’adolescente toute l’affection qu’il pouvait lui porter.
Et que le docteur eut mis cette intimité à nue la plongeait dans un profond embarras.

- Comment…le savez vous ? demanda-t-elle d’une voix blanche.

Elle se sentait plus nerveuse d’un coup. Elle se mit à jouer avec une mèche de ses cheveux roux. Elle commençait vraiment à appréhender le reste de leur conversation. En réalité, elle se sentait coupable. Sauf qu’elle ne savait pas de quoi. Prenant une posture défensive, elle s’empressa de dire, débitant à toute vitesse :

- Mais tout le monde fait ça. C’est mon frère. Dans une famille, on prend soin des uns des autres…c’est sa manière à lui de s’occuper de moi. C’est parfaitement normal…

Elle défendait le comportement de son frère sans même s’en rendre compte. D’un autre côté, elle s’autopersuadait. Elle répéta :

- C’est normal, non ?

Et comme elle ne semblait pas percevoir la réaction de son psychologue ou qu’elle était trop préoccupée pour se forcer à les dechiffrer, elle répéta un peu plus fort, guettant son appui :

- Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 18 Jan - 15:09

La voix de Lyssandre Dawn semblait avoir perdu une bonne partie de son assurance suite à la question du Dr Lecter. Il était arrivé à Hannibal de se tromper même si c'était rare maintenant mais la, il avait pressenti quelque-chose d'important et de lié à sa relation avec son grand-frère. Si elle était venue ici, c'était pour comprendre ce qui la troublait tellement et l'empêcher de réussir. La clé se trouvait peut-être dans sa relation avec son grand-frère après tout...

- Comment…le savez vous ? 


Hannibal avait véritablement vu juste apparemment.


- Je ne le savais pas mais votre réaction vient de me le confirmer. 


Elle semblait devenir nerveuse tout d'un coup en voyant ce pan d'intimité s'effondrer. C'est comme si quelqu'un entrait dans son esprit et changeait la place des meubles. Elle n'aimerait sûrement pas ça mais son nouveau psychiatre venait de poser le doigt sur une évidence qu'elle ne voulait pas montrer.


- Mais tout le monde fait ça. C’est mon frère. Dans une famille, on prend soin des uns des autres…c’est sa manière à lui de s’occuper de moi. C’est parfaitement normal…



Elle perdait le contrôle de ses sentiments et le Dr Lecter ne dit rien, la laissant s'exprimer. Il voulait attendre un peu avant de lui dire ce qu'il pensait.



- C’est normal, non ? 



Sa voix semblait répéter sans arrêt la question un peu plus fort comme si Hannibal Lecter était le seul à pouvoir l'empêcher de perdre pied à l'instant. Il venait d'ébranler les fondations donc il devait l'aider à se raccrocher à quelque-chose.


- Il est difficile de dire ce qui est normal ou pas mais en ce qui concerne votre frère, le fait qu'il se soucie de vous n'est pas anormal. Seulement une fille ne laisse son grand-frère faire ça que durant sa jeunesse et il y a toujours un certain éloignement entre frère et soeur, il semblerait pourtant que ce ne soit pas le cas pour vous deux. Votre frère continue à se soucier de votre apparence comme s'il...s'occupait de sa poupée de porcelaine personnelle. Vous voyez où je veux en venir ?


Hannibal devait se retenir de demander comment son frère voyait les autres filles, le sujet de conversation devait être Lyssandre avant tout.


- Qu'est-ce qui vous unit avec une telle force pour que vous en soyez troublée quand je vous ai posé la question...Votre grand-frère a déjà eu des relations avec d'autres filles ? Vous êtes en droit de ne pas me répondre pour cette question mais sachez que ce n'est pas de la simple curiosité de ma part...

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 18 Jan - 19:00

Lyssandre buvait les paroles du psychologue comme si elle espérait y entendre de quoi la rassurer. Comme s’il était en mesure de réparer le léger déséquilibre qu’elle ressentait à présent. Le normal, l’anormal…tout cela était bien vague pour l’adolescente. Elle s’était toujours considérée comme normale, et elle trouvait le monde bien fou. Mais une partie d’elle se disait qu’elle avait peut être tort. Elle était encore jeune, et elle avait encore la faculté d’apprendre et de se changer. Mais était ce déjà trop tard ? Si toute sa vie avait été tissé dans un monde complètement clivé de la réalité ?

Quand le psychologue énonça le fait qu’il existait toujours un éloignement entre frère et sœur, la première réaction de Lyssandre fut de se sentir supérieure : leur relation n’avait rien à voir avec le commun des mortels, rien ne pouvait les séparer, ils savaient aimer contrairement aux autres humains ! Mais quand il poursuivit, en sous entendant le fait que son frère la traitait exactement comme une poupée de porcelaine, son visage se décomposa.
Elle qui était déjà pâle, elle devint livide.
Thomas la considérait-elle comme une poupée, une jolie poupée, comme toute celles qu’il entreposait comme ses précieuses petites choses ? Cela voulait-il dire qu’un jour, il viendrait à s’occuper d’elle ainsi, poupée sans vie, au regard éteint, et qu’elle rejoindrait sa collection… ?

Plus le psychologue parlait, plus Lyssandre se sentait mal. Elle avait l’impression que la pièce se refermait sur elle.

- Thomas n’a jamais amené de petite amie à la maison, si c’est ça que vous demandez.

En effet, elle ne l’avait jamais vu réellement en couple avec queqlu’un. Il avait du avoir des aventures à droite , à gauche mais il n’en parlait pas. Et celles qu’il ramenait, elles devaient faire partie de sa collection. Lyssandre se prit la tête dans les mains. Les autres filles…. Les corps entreposés soigneusement dans la petite cabane. Elles étaient belles. Thomas avait toujours adoré ses « chéries ». Elle n’avait jamais senti de dégout en y pensant, mais à présent, qu’elle faisait le recoupement avec elle même….elle commençait à avoir peur. Son frère la considérait-elle comme toutes ces autres ? Désirait il cela ? qu’elle soit une poupée pour toujours ?

- Je ne …me sens pas …très bien…réussit-elle à souffler avec peine.

La pièce tanguait de plus en plus, elle ferma les yeux, en priant pour ne pas dégobiller dans la salle de consultation.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Dim 19 Jan - 13:28

Thomas n’a jamais amené de petite amie à la maison, si c’est ça que vous demandez. 

De sa connaissance de nombreux cas, Hannibal Lecter ressentait soudainement quelque-chose de terriblement obsessionnel lié à ce jeune homme. La voix de Lyssandre était moins assurée qu'au début de leur entretien, elle avait peur. Quelque-chose qui se manifeste de manière différente selon les personnes mais que l'on remarque aisément quand on a un œil averti comme le Dr Lecter. 

- Je ne …me sens pas …très bien…


Elle avait fermé les yeux, il y avait comme quelque-chose de vertigineux qu'elle ressentait apparemment mais Hannibal demeurait d'un calme impressionnant, continuant de faire le nécessaire en tant que psychiatre. Contrairement à certains patients ennuyeux, peut-être que Lyssandre Dawn avait quelque-chose d'intéressant...ou son frère...


- Vous avez peur, il y a des signes qui ne trompent pas. Mais de quoi pouvez-vous avoir peur ? Qu'est-ce qui peut bien vous bloquer ? Pas une relation de confiance positive avec votre frère, je pense...

Hannibal marqua une pause, ménageant ses effets de sa voix doucereuse. Il se doutait que quelque-chose n'allait pas pour que ça se répercute sur sa personne. Si ce n'était des problèmes anodins, c'était probablement des problèmes familiaux. La famille est un nid pour problèmes et handicaps psychologiques. Tout bon psychiatre connaissait ce fait...

- Il y a autre-chose mais rassurez vous, j'ignore quoi et même si je le savais, je serais tenu au secret médical. Ce qu'il y a de secret n'est donc pas menacé...pas ici en tout cas.

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 25 Jan - 11:22

Lyssandre haïssait au plus profond d’elle même cette sensation. Et le fait que le psychiatre lui dise que cela était de la peur ne l’aidait pas tellement. Si c’était comme cela que cet impression d’effondrement se nommait, il n’était pas le bienvenu. Lyssandre avait oublié cette émotion primale. La peur, elle ne la ressentait presque jamais. Elle l’avait éprouvée quand elle était petite, quand son père piquait des colères et voulait lever la main sur elle et sur Thomas. Mais par la suite, elle s’était désensibilisée de toute marque de violence. La vision des poupées inanimées de son frère ne lui avaient pas provoqué de sensation de crainte ou d’horreur. Les films d’horreurs, elle les trouvait distrayants. Mais là à ce moment précis, alors qu’il n’y avait rien de potentiellement dangereux dans cette pièce, elle se sentait fragilisée et terrifiée.
Terrifiée par le doute.
Car elle n’avait jamais douté de son frère jusqu’à présent. Thomas était son repère, son rocher face à toute la violence que pouvait comporter l’océan de la vie. Douter de lui, c’était se retrouver véritablement seule et sans défense. C’était le vide, le néant, l’incertitude, tout son monde qui changeait. Et si Thomas la considérait comme toutes ses poupées ? Si elle n’était pas si différente d’elles… ? Si c’était le cas, elle tomberait de son pied d’estale, elle ne serait plus rien…Elle ne serait plus aimée. Et cette idée, Lyssandre ne le supportait pas.

Mais l’adolescente n’était pas quelqu’un de faible, elle n’allait pas se mettre à pleurer, à se morfondre. Non, la seule réaction sensée qu’elle trouva en cet instant fut la colère. Flamboyante. Non, contre son frère, mais contre ce fichu docteur qui lui mettait la cervelle à l’envers. Pour elle, c’était de sa faute, ce malaise qui la prenait !
Elle rouvrit les yeux :

- Je n’ai PAS PEUR DE MON FRERE, asséna-t-elle froidement, J’ai absolument confiance en lui si c’est ça que vous insinuez que je pourrai douter de lui c’est totalement faux. J’ai toute confiance en lui, et vous n’allez pas vous mettre entre nous deux !

Elle s’était levée, inspirant rapidement pour trouver la force de retrouver son centre, ses repères, pour ne pas se laisser balayer aussi facilement.

- Après tout ce que nous avons vécu ensemble, ce n’est pas vous qui allez tout détruire, vous entendez ?!


Lyssandre voulait sortir de cette pièce, oublier tout ce qu’il venait de se passer pour rentrer à la maison. Retourner dans son cocon, à l’abri de ce monde cruel et méchant.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 1 Fév - 16:38

- Je n’ai PAS PEUR DE MON FRERE ! J’ai absolument confiance en lui si c’est ça que vous insinuez que je pourrai douter de lui c’est totalement faux. J’ai toute confiance en lui, et vous n’allez pas vous mettre entre nous deux ! 

La nervosité était palpable, l'esprit de Lyssandre Dawn avait activé tous ses mécanismes de défense. Elle pressentait déjà que les fondations de ses idées et de cette confiance se faisaient doucement ébranler par le psychiatre. Elle était debout et sa respiration était plus rapide, quasiment haletante. Elle cachait mal ce qu'elle ressentait à l'instant.
Hannibal Lecter demeura assis, ne voyant pas de prétexte digne de se lever. Elle se sentirait au dessus de son psychiatre ainsi mais ce n'était pas non plus ce qu'il essayait de faire.

- Après tout ce que nous avons vécu ensemble, ce n’est pas vous qui allez tout détruire, vous entendez ?! 


- Mon but n'est pas de détruire quoi que ce soit mais de voir quel est votre problème, c'est ce que l'on m'a demandé et je souhaite vous aider. 


Il se leva et fit face à Lyssandre. Il allait la confronter à un choix décisif, important pour elle et leur future relation si jamais elle acceptait.


- Vous êtes libre de refuser de continuer avec moi en tant que psychiatre mais si vous me refusez, ils vous dirigeront vers d'autres psychiatres et il est probable qu'ils soient moins indulgents que moi.

Il ne souriait pas mais demeurait très calme. Aucune hostilité mais seulement une relation de soutien invisible.

- Alors ? Quel est votre choix ?

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Dim 9 Fév - 18:18

Le psychiatre restait d’un calme fascinant et agaçant, qu’importe ce que Lyssandre disait. Il répondait avec rationalité, chose qui exaspérait la jeune fille. Etait elle seule à éprouver quoique ce soit dans cette pièce ? Cette fureur intense, elle la décontenançait. Elle mourait d’envie de casser quelque chose, ses mains la démangeaient, elle serra les poings.

L’aider. Il voulait l’aider. C’était ce qu’ils disaient tous…les enseignants, les infirmiers…mais ils ne se rendaient pas compte que leur aide était comme du poison à avaler. Cependant, le docteur avait raison. Si ce n’était pas avec lui qu’elle avalerait cette pilule désagréable, ce serait avec un autre. Un autre qui probablement ne comprendrait rien à la Strypsodie de Cathy Berberian…

Elle poussa un long soupir, la tension redescendant. Elle ne répondit pas à sa question, elle se contenta de se rasseoir, ce geste était assez explicite pour lui dire qu’elle restait. Elle croisa les jambes, ainsi que ses bras sur sa poitrine, les resserrant très fort comme pour éviter que son cœur ne s’envole.

- Il m’a toujours dit que j’étais différente, dit-elle abruptement ne s’adressant pas au psychiatre mais comme à elle même les yeux fixés sur le mur, que je ne serais jamais comme ses poupées…ces filles qu’il entreposait dans la cabane…

Elle n’avait pas conscience qu’elle venait de rompre sa promesse de ne jamais rien dire. Les mots étaient sortis naturellement, pleins de tristesse et d’amertume.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Dim 23 Fév - 11:08

La tension redescendait progressivement, la situation s'arrangeait lentement. Pouvait-elle trouver un psychiatre plus compréhensif que lui ? Cela devait exister mais ça ne courait pas les rues à Baltimore. Certes, on qualifiait les méthodes du Dr Lecter comme étant peu orthodoxes mais des méthodes qui ont fait leurs preuves sur de nombreux patients. Même si Hannibal a une certaine fascination pour les patients prédisposés à la violence, il accepte d'aider certaines personnes à véritablement s'en sortir grâce à sa thérapie.

- Il m’a toujours dit que j’étais différente que je ne serais jamais comme ses poupées…ces filles qu’il entreposait dans la cabane…


Hannibal était soudainement intéressé vu que les poupées dont ils parlaient viennent d'être qualifiées comme " ces filles ". Soit elle prêtait une part d'humanité à des poupées, soit cette histoire prenait une dimension bien plus sombre et plus attirante pour le psychiatre.


- Il doit bien y avoir des choses qui vous différencient d'elles aux yeux de votre frère. Vous ne croyez pas ?

Il fallait mettre en question sans détruire la relation fraternelle. C'était un jeu dangereux où il fallait questionner habilement sans forcer violemment l'intimité de la personne. Il fallait y aller doucement, progressivement...

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Ven 28 Fév - 10:57

« Il y a bien quelque chose qui vous différencient d’elles ».

Cette phrase plongea l’adolescente dans une profonde réflexion. Elle revoyait les poupées de chair, leurs vêtements, leur teint pâle et leurs joues roses. De belles femmes, toutes jeunes, ne dépassant pas la trentaine. La différence ? Elles étaient mortes. Ce fut sa première déduction. Mais ensuite….pourquoi étaient elles justement mortes et pas elle ? Des milliers d’images lui revinrent en tête. Son frère et elle dans le jardin en train de courir, les chamailleries, les rires….le jour où il l’avait aidée à grimper en haut du chêne pour voir le monde d’en haut…son air patient quand il lui apprenait à couper les légumes encore et encore…Il s’était occupé d’elle pendant tout ce temps. Il l’avait élevée. Tom. Elle l’aimait tellement. Une nouvelle fois, cela lui parut tellement absurde de douter de lui après toutes ses années.

- Je suis sa sœur c’est ça la différence. Nous avons vécu des choses ensemble, il a toujours été là pour me protéger, il s’est occupé de moi alors qu’il n’y avait personne pour nous. Les autres, ces filles, elles n’étaient que de passage, il ne les connaissait pas vraiment….pas comme il me connaît.

Elle soupira. Tous ces exercices de réflexion la fatiguaient grandement. Elle se souvenait d’avoir vu de temps en temps une des jeunes filles « vivante » à la maison, mais ce n’était qu’un court laps de temps…une soirée et elle disparaissait. Ou alors était ce elle qui imaginait tout ça ? Qui reconstruisait les évènements par rapport à ses propres peurs, ses propres doutes ? Elle n’aurait sur le dire.

- Et puis je suis encore vivante, c’est ça la plus grosse différence.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Dim 16 Mar - 13:46

La fraternité...
En effet, cette valeur familiale semble tout pardonner et tout sauver. Le Dr Hannibal Lecter aurait aimé croire à cette chimère mais elle n'a pas empêché sa sœur de mourir et de la manière la plus tragique qui soit. Certes, il avait perdu Mischa mais est-ce que cela signifiait que la partie était également perdue d'avance pour les autres ?
Ces poupées, le frère se crée des attaches de passage mais elles ne semble avoir aucune valeur au final car il ne semble pas les garder de ce qu'elle dit. La perfection ne serait-elle pas plutôt dans la poupée de porcelaine qu'il pouponne tout les jours, qu'il rend belle, etc.

- Alors ces autres filles sont...mortes ?

Depuis le début de la conversation, les poupées semblaient avoir pris peu à peu forme humaine dans l'intuition du Dr Lecter. L'ambiance était devenue pesante mais le psychiatre s'était bien sûr juré de garder le silence sur cette très étrange situation. La peur ne l'atteignait pas mais sa curiosité s'amplifiait de plus en plus. Il devrait en savoir plus sans trop paraître envahissant et dangereux pour Lyssandre Dawn.

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Mer 26 Mar - 19:15

La question jeta un léger froid dans la salle de consultation. C’était une question directe, sans ambiguïté, et Lyssandre se figea en l’entendant. Son état d’esprit s’était apaisé, la colère avait fait place à une froide rationalité, elle tentait de démêler tout ce qu’il se passait dans sa tête. Elle n’était pas choquée de sa question mais elle se rendait compte d’une autre chose. Qu’elle n’avait jamais pensé de cette manière. Parce qu’en réalité, elle n’avait pas au préalable considéré ces filles comme des êtres vivants. Elle ne les voyait pas comme des êtres pouvant passer d’un état de vie à un état de mort. Elles étaient véritablement comme des objets à ses yeux, c’était cette vision là des choses qui avaient pu rendre supportable, voire même beau toutes ces poupées de chair que son frère accumulait. Elle n’avait jamais essayé d’imaginer ce qu’avait pu être leur vie, avant, ce qu’elle aurait pu être.

- En tout cas, elles n’ont pas respiré depuis un certain moment, répondit elle.

Ce n’était pas de l’humour, c’était de la pure observation. Elle disait cela simplement, comme si elle parlait de la météo ou de la dernière bande dessinée sortie en librairie. Elle parut réfléchir intensément, comme pour réassembler les éléments dans sa tête, trouver une conclusion logique à ce qu’elle avait vu.

- Oui, logiquement, elles sont mortes, ajouta-t-elle. Elles sont mortes et je ne ressens rien.

Elle fronça les sourcils. Pas de tristesse pour elles, ni même de la compassion. Non, la seules émotions qu’elle pouvait ressentir étaient liées à son frère ainé.
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   Sam 3 Mai - 9:37

La tristesse voire même la compassion était absente de cette jeune femme et Hannibal commençait, malgré tout, à entrevoir ce qu'il s'était réellement passé. Ce n'était pas une histoire des plus anodines car la mort en faisait indubitablement partie intégrante mais cette histoire avait aussi son charme propre. Il est possible de voir de la beauté dans la mort, dans les choses prétendues horribles. Une fois qu'on s'en est rendu compte, on peut savourer l'Art à proprement parler.

- Si elles ont servi un dessein plus grand que leurs propres vies, elles ne seront pas mortes en vain après tout.

Hannibal demeurait assis dans son siège, son expression de visage demeurant assez neutre. Il ne se posait plus aucune question sur cette relation au final. Il devait néanmoins se concentrer sur le point de vue de Lyssandre et éviter de trop dériver.

- Et vous, comment vivez-vous cela ? N'est-ce pas un secret trop pesant ?

Hannibal se demandait ce que Mischa penserait de lui si elle était encore vivante mais au final, ça n'avait aucune importance de le savoir. La-haut, l'horreur de la vie n'avait au moins pas touché sa sœur et elle était morte sans avoir été souillée par le monde.
Hannibal se disait bien que le problème était plus du côté de Lyssandre dans ce cas.

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This is a mad world (feat Hannibal Lecter)   

Revenir en haut Aller en bas
 

This is a mad world (feat Hannibal Lecter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» This is a mad world (feat Hannibal Lecter)
» Avez vous déjà vu ? Pennywise, the Butcher et Hannibal Lecter en viré.
» Hannibal (les quatre livres)-
» Colos, dessin ... un peu de tout ! =)
» Besoin de parler? - ft. Hannibal Lecter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIS IS MY DESIGN :: Archives des Rps
-