Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 Bring me the light... } Hannibal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Louise Alvar
avatar

Messages : 74
Avatar : Dianna Agron
Crédits : Swan



MessageSujet: Bring me the light... } Hannibal   Lun 10 Nov - 14:12




   


Louise & Hannibal
D'être hanté par mes vieilles obsessions, cela me rassure. Mieux vaut un cauchemar apprivoisé que la blessure à vif d'un souvenir récent. ~ Daniel Sernine
Encore une nuit terrible et agitée où les souvenirs se mêlaient à l’horreur, où les images, floues et éprouvantes, tournaient sans cesse dans l’esprit de la soprano avant qu’un hurlement déchirant la sorte de sa torpeur. Une nouvelle nuit remplie de cauchemars, Louise inspira et expira bruyamment, tremblante de la tête aux pieds, le visage constellé de sueur et de larmes. Elle n’arrivait pas se calmer, elle n’en avait pas la possibilité, toujours assise, elle enfouit son visage dans les draps et continua ses longs  sanglots pendant plusieurs minutes, voire même une heure, elle ne savait plus très bien.

L’esprit vague, la jolie blonde finit par sortir de son lit et se dirigea vers la salle de bain, un peu chancelante, pour s’humidifier le visage d’eau fraîche, espérant que cela puisse lui rendre les idées claires. Elle jeta un coup d’œil à sa montre qu’elle avait laissé dans la salle de bain. 00h45 et aucune envie de se rendormir. Que pouvait-elle alors faire ? Le dos contre le mur, elle se laissa glisser sur le sol, sur le carrelage froid, espérant retrouver rapidement un état d’apaisement pour s’endormir mais la boule qui grandissait de secondes en secondes dans son estomac ne lui présageait rien de bon. Il fallait qu’elle sorte, qu’elle prenne l’air, qu’elle oublie ce cauchemar infernal.

Récupérant un pantalon noir, un débardeur blanc et un long gilet en cachemire beige, elle s’habilla à la hâte et sortit dans le jardin. Allongée sur un des transats de la terrasse, elle entreprit de contempler les étoiles, tentant de les compter, de reconnaître les constellations, comme elle le faisait si souvent avec son père mais rien de tout ça ne l’aida à se calmer. Pauvre Louise. Elle était perdue, elle se sentait si seule, si insignifiante dans un monde si grand et si terrible. D’autres larmes coulèrent sur  ses joues sans qu’elle ne puisse les retenir. Que faire maman ? Où aller ? Comment avancer ? Sa mère aurait trouvé une solution, elle en était persuadée, mais elle en était complétement incapable…

Sans trop savoir comment, ses pensées convergèrent vers son psychiatre. Le Docteur Lecter, lui, saurait quoi faire. Elle avait eu du mal à lui accorder sa confiance, elle avait eu du mal à comprendre l’utilité de ces séances mais voilà maintenant plusieurs mois qu’elle avait débuté sa thérapie et sa confiance pour le psychiatre augmentait à mesure que les séances se poursuivait. Elle tenta d’imaginer sa voix calme et apaisante, celle qu’il utilisait toujours alors qu’il tentait de la guider sur le chemin qui devait être le sien. Oui, sans aucun doute, lui saurait quoi faire, quoi dire, quoi lui conseiller.

Elle tenta pendant plusieurs minutes de l’imaginer, d’entendre sa voix, de revoir sa gestuelle mais tout ceci fut complétement vain. Il n’était pas là… Cela ne servait à rien de le nier. Malheureusement, son besoin de le voir ne cessa de grandir en elle. Elle n’avait plus sa mère mais lui était toujours là… Sans plus réfléchir, elle se leva d’un bond, retourna à l’intérieur pour écrire un petit mot à son domestique et récupéra les clés de la voiture. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas conduit, les bonnes manières lui insufflant toujours cette idée selon laquelle une lady se fait conduire, mais il n’était pas question de déranger plus de personnes que nécessaire, André avait besoin de sommeil, et elle le comprenait parfaitement.

Elle roula en direction de la maison du docteur Lecter et consulta l’heure sur le tableau de bord 1h30 du matin… C’était là bien loin d’être une heure décente pour un rendez-vous et elle entendait presque sa mère lui ordonner de rebrousser chemin. Mais c’était sa vie, pas celle de sa mère, comme le Docteur Lecter avait tenté de lui faire comprendre… Et, comme pour s’empêcher d’entendre une voix de plus la voix de sa mère, elle pressa le pied sur l’accélérateur. Les rues étaient désertes à cette heure et Louise se gara plus rapidement que prévue devant la maison de son psychiatre. Mortifiée et honteuse de le déranger à cette heure-ci, elle monta les marches lentement, se mordant la lèvre inférieure. Mais il n’était pas question qu’elle recule à présent. Elle avait trop besoin de lui…

Elle sonna et attendit, mal à l’aise, qu’on vienne lui ouvrir. Elle ne sut pas vraiment combien de temps elle attendit, elle était dans un état second. Peut-être avait-il mit 30 minutes, ce qui était compréhensible vu l’heure tardive. Peut-être avait-il mis moins…. Ou plus… Quoi qu’il e soit, lorsque la porte s’ouvrit sur lui, elle plongea son regard dans le sien et se remit instantanément à pleurer. Quelle idiote faisait-elle ! Elle parvint tout de même à placer quelques mots entre deux sanglots.

- Bonsoir Docteur Lecter. Je suis vraiment désolée de vous déranger aussi tard… mais… J’ai fait un cauchemar… encore… je n’arrive plus à trouver le sommeil… Je ne savais pas quoi faire… Je suis désolée… Tellement désolée…


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas
Hannibal Lecter
avatar
Chesapeake Ripper
~ Dandy cannibale ~
Chesapeake Ripper~ Dandy cannibale ~

Messages : 353
Avatar : Mads Mikkelsen
Crédits : Janus (avatar) + Copyright (c) BANGERZ (Signature)


» ID Card
Emploi: Psychiatre
Relationship:


MessageSujet: Re: Bring me the light... } Hannibal   Mar 23 Déc - 13:09



Il faisait nuit noire et il n'était pas surprenant de savoir le Dr Lecter endormi à cette heure, enfin en principe. Ce n'était pas réellement le cas en fait. La maison était certes vide, d'un calme impressionnant comme habité par un sentiment paisible d'achèvement. Tous les bibelots et les décorations semblaient crier leur joie de faire partie de ce magnifique et virtuose arrangement. Seul un esthète pouvait comprendre ce que ceci signifiait, ce que signifiait d'encadrer un Delacroix dans un salon et de laisser des estampes traditionnelles japonaises dans les chambres. L'armure de Samouraï dressée entre deux couloirs et faisant face au grand salon dégageait une impression de puissance mais aussi de sagesse divine. Malgré ce calme, tout le monde ne dormait pas. Les chambres étaient vides et il n'y avait personne dans aucune autre pièce. Peut-être le maître des lieux était-il parti ?

Une trappe était ouverte derrière le comptoir de la cuisine, une douce musique s'en échappait. Un air célèbre de Debussy que tout le monde connaît, le Clair de Lune. Un clair de lune qui brille sur nos âmes nues et fragiles, nos chairs avides et facilement destructibles.

Dans la cave, un homme presque nu était ligoté à une chaise et semblait chercher de ses yeux hagards quelque-chose qu'il serait le seul à voir. Des mots s'échappaient de sa bouche mais rien de significatif, son esprit était ailleurs et il ne comprenait pas ce qu'il se passait. L’œil attentif remarquera un tuyau dans sa bouche par lequel passent des quantités impressionnantes de grains. Le Dr Lecter lui surveillait la manœuvre avec un regard bienveillant voire presque paternel. Après passé un certain degré, il retira le tuyau et injecta un somnifère à l'homme en surpoids. Un bon éleveur se devait de correctement gaver son oie pour obtenir le meilleur goût possible. Hannibal entendit la sonnette d'en bas. Il prit son temps pour ranger le matériel et pour remonter. Il ferma la cave et se changea. Il portait maintenant une robe de chambre quand il vint à la porte.

En voyant Louise Alvar, il semblait assez surpris mais devinait ce qu'il pouvait bien se passer.

- Je comprends. Je vous en prie, entrez.

Il lui indiqua un petit fauteuil où s'installer dans le salon. Le Dr Lecter lui demanda si elle voulait bien un café avant de retourner rapidement en cuisine pour faire tourner sa cafetière. Il vint s'installer au salon en attendant auprès de Louise Alvar.

- Vous pouvez me parler de votre cauchemar si vous le souhaitez. Je pense que ce serait assez libérateur. Je verrais ensuite pour trouver une solution à vos troubles du sommeil, ça vous convient ?

Hannibal était calme, il avait retrouvé sa posture de praticien dans le domaine de la psychanalyse. Il pouvait au moins faire son travail et rendre service à cette jeune femme. C'était finalement idéal car ça occuperait son temps en attendant de préparer son foie gras pour les fêtes. Hannibal appréciait le travail de la jeune femme donc il se ferait un plaisir de l'aider.

_________________

The Devil is in the Details

 
Revenir en haut Aller en bas
 

Bring me the light... } Hannibal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» — bring me to life
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Dreamers bring ideas, projects to post-quake Haiti
» Lucky Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIS IS MY DESIGN :: —— United States —— :: Maisons
 :: Hannibal Lecter
-