Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 FREDERICK ∞ l'indice d'or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Clarice Starling
avatar
Lambs are screaming

Messages : 93
Avatar : Emily 'Emma' Stone
Crédits : soapflakes


» ID Card
Emploi: agent fédérale
Relationship:


MessageSujet: FREDERICK ∞ l'indice d'or   Mar 16 Sep - 12:04

Frederick ∞ Clarice
Jour J. Heure H. Enfin presque ; il lui restait encore dix longues minutes pour profiter de la chaleur de l’habitacle ; dix minutes pour souffler une nouvelle fois dans le vain espoir d'évacuer l'angoisse qui lui serrait les entrailles ; dix minutes pour qu'elle se souvienne de la raison de sa venue. L’Éventreur de Chesapeake. Elle était pour lui, uniquement lui. Un entretien avec le détenu qui disait être le célèbre tueur ; une courte interrogation afin de se convaincre qu'Abel Gideon était bien celui qu'il prétendait être. Il y avait dans l'air comme un soupçon de doute qui l'avait enveloppée à la seconde où elle s'était intéressée au cas mystérieux. Comme un instinct qui lui soufflait que les autorités avaient fait fausse route et que celui qui avait fait trembler Baltimore était encore dehors. Une intuition qu'elle ne parvenait pas à repousser au rang de simple idée ; c'en était devenu une véritable conviction. Presque une obsession. L'enquête résolue pour les autorités était alors devenue son objectif. Un moyen pour elle de se prouver que le métier d'agent fédéral était le bon choix, sa voie ; un moyen de gravir les échelons aussi. Elle n'avait jamais manqué d'ambition et savait que si elle parvenait à résoudre le mystère qui planait autour de l’Éventreur, ce ne serait qu'un avantage pour sa carrière. Entourée des meilleurs, autant résoudre la meilleure enquête que le vingt-et-unième siècle ait connu.
Toujours enfermée dans sa voiture, elle lança un coup d’œil à l'horloge sur le tableau de bord. Encore six minutes avant de se lancer dans la gueule du loup. Clarice inspira profondément, passa ses mains délicates sur le volant avant de les laisser retomber sur ses genoux. Dehors, la pluie. L'orage. Les éclairs. Un mélange qui zébrait le ciel gris et sombre, comme un écho à son actuelle situation. La vie était-il si ironique ou bien était-ce pure coïncidence ? Elle soupira. Bientôt, il lui faudrait affronter les gouttes acharnées et le vent glacé pour mieux retrouver les criminels considérés comme dangereux. Et si elle avait à choisir, elle préférait se battre contre l'un des détenus, plutôt qu'avoir à traverser la cour par pareil temps. Si elle n'avait jamais été plus effrayée par les orages que la moyenne, elle n'aimait pas la pluie. Jamais. Être trempée, avoir les vêtements qui lui collaient à la peau, sentir les gouttes glisser le long de son dos à cause de ses cheveux encore humides ; tant de sensations qu'elle ne pouvait apprécier et qui la rebutaient. Nouveau soupire alors qu'un éclair étincelait dans le ciel.Souvenir fugace, image rapide. Nostalgie, élan de tendresse, bouffée de larmes ravalées. Son père, lui montrait les éclairs, un large sourire aux lèvres. Elle, comptant les secondes pour mieux calculer les kilomètres qui la séparaient de l'orage terrifiant. Leur commun sursaut à chaque grondement, les rires nerveux, la fenêtre ouverte. Et les gouttes de pluie ruisselant sur son visage offert.
Trois minutes. Il était temps pour elle de sortir de son véhicule. La jeune femme attrapa son sac, posé sur le siège passager, fourra le dossier de l'enquête dedans et sortit après avoir pris une profonde inspiration. Se donner du courage, oublier l'orage, oublier la pluie. En un tour de main, Clarice avait verrouillé sa voiture et en courant à moitié, elle se rendit jusqu'à l'entrée de l'hôpital. Un gardien vérifia son badge avant de la laisser entrer mais déjà, ses cheveux s'étaient alourdis par la pluie. « J'ai rendez-vous avec le Docteur Chilton. » Une nécessite, lui avait-on dit au téléphone. Ensuite, seulement, elle aurait, ou non, l'autorisation de rendre visite au patient.

Accompagnée d'un infirmier, ou peut-être était-ce un autre gardien, qui s'était présenté sous le nom de Barney Matthews, Clarice traversa les couleurs. Une longue suite de couloir qui semblaient tous identiques tout en étant singulièrement différent. La jeune femme laissait son regard électrique se poser de partout. Chaque détail venait s'imprégner quelque part. Sans doute au fond de son âme. Plongée dans son observation minutieuse, elle n'avait pas noté que son guide s'était arrêté et manqua de le percuter alors qu'il frappait quelques coups gracieux à la porte close. Elle profita des quelques secondes d'attente pour tirer sur son chemisier et épousseter son pantalon-tailleur. La jeune femme eut juste le temps de replacer une mèche blonde derrière son oreille que, déjà, Barney l'invitait à entrer. Son cœur s'accélérait dans sa poitrine, sa détermination s'effritait. Dans un souffle, elle remercia l'infirmier et pénétra à l'intérieur du bureau.Déformation professionnelle oblige, elle porta son regard profond de partout et l'analysa en silence avant de finir par poser ses yeux sur l'homme qui lui faisait face. Le Docteur Chilton. Elle ne l'aurait guère imaginé comme ça. Sans doute un visage plus carré et des cheveux plus hirsutes. « Docteur Chilton je présume. Je suis l'agent Clarice Starling, du FBI, » se présenta-t-elle tout en lui tendant une main polie comme le désirait la coutume. Déjà, elle enchaînait. « J'avais appelé au sujet d'un patient qui se trouve dans votre hôpital. Abel Gideon. » Ne jamais perdre de temps, ne jamais passer par quatre chemins. Franchise et droiture. Un mot d'ordre, quelque chose qui s'en rapprochait.
code by Silver Lungs

_________________