Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 "AppleDore"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité




MessageSujet: "AppleDore"   Mar 8 Avr - 20:37

    Une jeune fille burne cherchait une porte, elle croyait rêver, la jeune brune était dans un grand couloir blanc, sur les murs s’affichait des portes, plus ou moins grandes, elle savait ce qu’elle cherchait mais ne pouvait s’empêcher de rester plantée au centre du couloir, empêchant un petit groupe d’élèves, déjà bien en retard, d’accéder à une porte de salle de cours, elle ne bougea pas lorsque le leader du groupe lui cracha à la figure un Dégage sale gamine ! A vrai dire, elle s’en fichait d’être insultée, elle se considérait comme un monstre.
  Elle s’avança, non pas avec l’intention de les laisser passer, pour saisir la poignée froide et peu accueillante d’une des portes. La horde de jeunes avança en même temps qu’elle, la poussant légèrement pour entrer dans la salle, le chef hurla, une fois les pieds dans la salle Désolés monsieur, une gamine nous à barrer le chemin !
  Abigail les regarda avec un air assez déconfit et porta son regard sur la seule fille qui les accompagnaient, elle avait les cheveux long, comme les siens, elle passa sa main dans les siens, elle les caressa délicatement et entra discrètement dans la salle, allant s’assoir dans un coin.
  Elle avait sur elle un calepin avec une petite trousse, le matériel sorti sur la petite table, elle se mit à prendre des notes sur le cours comme une élève normale, pensant qu’elle avait peut-être retrouvée une vie normale, elle leva les yeux vers l’homme au centre de l’amphithéâtre, son regard se bloqua sur lui, la jeune intruse ne lâchait pas le professeur des yeux, comme captivé par sa grande prestance.
  Elle suivait le cours avec un regard intéressé, écrivant presque chaque mot que prononçait le professeur, Abigail ne savait pas encore ce qu’elle allait faire de toutes ses notes, mais elle savait qu’elle devait les cacher dès son retour dans sa chambre, sinon, et elle n’en avait pas envie, elle ne pourrait plus jamais sortir, ni officiellement, ni en douce, aussi prendrait-elle soins de les dissimuler des ses vêtements.
Revenir en haut Aller en bas
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: Re: "AppleDore"   Mar 22 Avr - 22:55


abigail&gabriel ❧ "appledore"
M
ain sur la poignée. Camille quitta le local exiguë où il avait prit soin de déposer ses affaires pour retourner dans l'amphithéâtre. Ses yeux de glace se posèrent sur son bureau impeccablement rangé et il s'en approcha à pas feutrés. Dans son esprit, les images fugaces d'une scène qu'il savait inoubliable. Serein, voire même calme, devant des souvenirs d'une telle vivacité, le professeur de sociologie poussa ses lunettes sur son nez. Dissimulé dans une chemise blanche un peu trop grande pour lui, les jambes serrées dans un jean délavé, l'homme attrapa ses feuilles de notes et lança un regard à sa montre avant de relever les yeux sur les bancs encore vides. Il n'était guère dans les habitudes de ses étudiants d'arriver en retard. Sans s'inquiéter, le professeur de sociologie s'assit sur son bureau. Patient. De nouveau, les souvenirs brumeux l'agressèrent. Il ne laissa rien paraître. Les yeux lancés sur le lointain, les feuilles de cours froissées entre ses doigts fébriles, le presque-sociologue se laissait entraîner par le personnage joué. Des mimiques apprises par cœur, un discours balbutiant ; il répétait son rôle avant la grande première. Même s'il ne s'agissait que d'une couverture pour le tueur à gage, Gabriel avait l'impression de découvrir quelques facettes de ce personnage si méticuleusement façonné. Parfois, ses propres actions lui échappaient, comme si le petit Camille Hawking prenait le dessus pour s'affirmer. C'était une sensation étrange mais intéressante.
La porte, finalement, s'ouvrit et laissa entrer une petite foule d'étudiants de première année qui se bousculaient pour trouver des places. Camille baissa les yeux sur sa montre sans répondre à l'adolescent qui avait prit la peine de s'excuser au nom de la classe entière. Sans trop relever les yeux sur ses élèves, il quitta son bureau pour se placer derrière. Le cours, enfin, allait pouvoir débuter. « Bien, hier, nous avons vu une approche infime de ce que la sociologie peut apporter dans l'ensemble du monde actuellement. Nous avons rapidement mentionné les grands noms de cette étude mais ce qui vous a parut être une approche approfondie de ce cursus n'était, en réalité, qu'un effleurement minime de ce que la sociologie renferme. » Devant lui, des étudiants qui faisaient preuve d'une grande assiduité et prenaient des notes consciencieusement. Il se permit un rapide coup d’œil avant de, de nouveau, baisser la tête, ses yeux de glace rivés sur son papier. Parfois, il laissait quelques blancs hasardeux, manipulant son personnage avec une maîtrise rigoureuse. De temps en temps, les questions fusaient. Tantôt pertinentes et intéressantes, tantôt futiles et exaspérantes.

« Ce qui est important que vous compreniez pour cette première année, c'est que la sociologie tend à expliquer l'impact de toute dimension social sur le comportement et le mode de pensée de l'humain. De ce fait, nous aurons une infinie de sujets d'étude, allant du travail à la famille en passant aussi bien par les média et que par les réseaux sociaux que vous fréquentez, par exemple. Le point primordiale d'une telle étude est, et restera probablement longtemps encore, les relations entre les hommes eux-même. Ce qui revient à dire, la place de l'homme au sein d'une société. » Tourné vers l'immense tableau noir, le timide professeur inscrivit, de son écriture enfantine et maladroite, différentes thématiques. La craie alla retrouver sa place sur son bureau et, prenant le temps de s'essuyer les mains blanchies contre son écharpe bleue, il réajusta ses lunettes rondes sur son nez. « L'étude approfondie de la sociologie viendra au second semestre. Nous verrons alors quel sont les différentes paradigmes et quels grands sociologues leur sont associé. D'ici-là, j'aimerai que vous vous penchiez sur un domaine d'étude, n'importe lequel. Vous essaieriez d'en faire une approche sociologique. » Un flot de questions se souleva. Il joua un instant avec les pans de son écharpe avant de se racler la gorge presque timidement. « Je ne m'attends pas à ce que vous réussissiez, et ce devoir ne sera pas noté. » Aussitôt, un soupire se laissa distinguer et il esquissa un sourire qui se voulait rassurant.
Dix années d'enseignement et il avait opté pour une méthode simple pour les premières années. Un premier devoir sur un domaine d'étude quelconque. Celui-ci avait pour but de lui offrir un aperçu des capacités de l'ensemble de la classe, de cibler les points sur lesquels il allait devoir insister et surtout ; choisir les domaines étudiés en conséquence. Chaque classe était différente mais il avait noté une certaine homogénéité dans leurs choix de sujets. Et, à la fin du dernier semestre, il leur demande de reprendre leur sujet d'étude du premier devoir pour en faire une véritable approche sociologique. Les écarts entre les premières copies et les récentes lui suffisaient à savoir si ses étudiants avaient, globalement, réussit leur année.
Il adressait quelques signes de tête poli aux étudiants qui, passant devant lui, le saluaient avant de quitter la salle. L'amphithéâtre se vidait peu à peu et il laissa son regard fragile se poser sur une jeune fille. Ce n'était que le début de l'année mais il avait déjà retenu la plupart des têtes de ces étudiants, son boulot nocturne lui demandant un certain physionomisme et Camille était certain qu'elle n'en faisait pas partie. Plus petite et l'air à la fois perdu et apeuré, elle ressemblait à un oisillon égaré après son premier vol. Il ne bougea pas, attendit qu'elle descende les marches et n'arrive à sa hauteur. « Quel sujet comptez-vous prendre ? » Il avait tourné la tête, fuyant son regard, laissant ses doigts fins et squelettiques courir sur ses feuilles de cours. Il s'agissait de la deuxième fois qu'une inconnue parvienne à se glisser à l'intérieur de son Université – mais pouvait-il réellement nommé la Conservatrice d'inconnue ? Nul doute qu'elle n'apprécierait guère de se sentir ignorée une seconde fois – sans qu'il n'en soit au courant. Les failles de la faculté commençaient à lui apparaître et Gabriel, manipulateur, espérait bien les combler.
Personne ne devait entrer dans son royaume.
« Vous n'êtes pas étudiante ici, n'est-ce pas ? » Sa voix, à moitié étranglée par une timidité maladive le rendait plus chétif encore que la jeune fille qui lui faisait face. Qui, des deux, était le plus impressionné ? Il aurait été difficile de répondre à cette question.

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: "AppleDore"   Mer 30 Avr - 22:06

   Abigail attendit sagement la fin du cours, elle ne savait pas si c’était la timidité du professeur ou le contenu du cours en lui-même qui l’avais grandement intéressée, peut-être était-ce les deux au final. Elle rassembla ses feuilles de notes, les plia en quatre pour les ranger plus facilement dans sa petite sacoche. Elle prit soigneusement le stylo pour le ranger également dans la petite besace qu’elle avait emportée avec elle. Abigail descendit doucement les marches en bois de l’amphithéâtre, la jeune fille se trouva, une fois les quelques marches la séparant de la porte descendu, en face du professeur de sociologie qui avait su capter son attention pendant ces deux heures qui lui avaient paru si courte.
  _Vous n'êtes pas étudiante ici, n'est-ce pas ?
  Cette voix timide lui parue dénuée de danger, Abigail avait peur, oui, mais Camille semblait plus impressionné qu’elle. La jeune brune cherchait ses mots, elle ne voulait pas lui donner une réponse trop directe, mais tourner autour du pot n’était pas son genre non plus, elle préféra baisser le regard et marmonner une faible réponse à moitié correcte. La jeune brune ne savait pas quoi répondre et elle ne répondit pas grand-chose à ce sujet.
  _Non, effectivement mais je..
  Abigail s’en arrêta là pour la partie audible de sa pitoyable justification de présence dans un cours qui n’était pas censé être le sien. Elle se contenta de relever la tête pour croisé le regard glacial de Camille avant de reprendre sa réponse pour l’écourter.
  _Non.
  Elle ne pouvait faire plus simple, ses doigts s’entortillaient ensemble, nerveusement, Abigail espérait que ceci suffirai à Camille pour qu’il la laisse s’en allée, mais elle en doutait fort.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "AppleDore"   

Revenir en haut Aller en bas
 

"AppleDore"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Appledore] Car tout est de ta faute !
» L'ultimatum⎜Likas, Reaven, Tybalt, Isha, Alweda Appledore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIS IS MY DESIGN :: Archives des Rps
-