Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 This ain't a scene, it's a god damn arms race

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité




MessageSujet: This ain't a scene, it's a god damn arms race    Ven 4 Avr - 18:22

© made by Islande



C. Gabriel Hawking vs Kea Jouan

This ain't a scene, it's a god damn arms race


Un bâillement s’échappa de mes lèvres, mes vertèbres craquèrent les unes après les autres, mes yeux s’ouvrirent doucement pour s’accoutumer à la clarté de la pièce. Une envie de refermer mes yeux, et de plonger à nouveau sous les couettes s’empara alors de mois, malheureusement je ne pouvais pas me permettre de retourner au pays de ce cher Morphée. Au bout d’une dizaine de minutes, le courage s’empara de moi, et je me levai péniblement. Un courant d’air froid me fit frissonner, et je me dépêchais d’aller chercher ma robe de chambre et de la passer sur mes épaules dénudées, et enfin me dirigeai vers la cuisine pour me faire couler un café. Pendant ce temps, je pouvais aller me préparer à la salle de bain.

L’eau ruisselait sur mon corps, déliant tous mes muscles, et massant mes épaules qui étaient douloureuses à cause de la nuit que je venais de passer. Mes pensées vagabonderaient aux grès de leurs envies.  Renversant la tête en arrière, je laissais l’eau venir m’inonder le visage pour effacer les dernières traces que mon oreiller avait laissé sur mes joues. Je finis par sortir de la douche, aussi rouge qu’une écrevisse, me sécher et me dirige une nouvelle fois vers ma chambre afin de choisir mes vêtements. Une dure journée s’annonçait pour moi, il m’était donc impossible de passer une robe et des talons. J’allais devoir porter un de ces ensembles Training/T-shirt trop large et qui ne me met pas forcément à mon avantage. Pour parfaire ma tenue de femme fatale, je m’attachai les cheveux en une queue haute, avant de rejoindre la cuisine et mon café chaud qui m’attendait.

Les rues étaient silencieuses, la plupart des gens étaient encore entrain de dormir en ce moment, ce qui me donna la possibilité d’apprécier pleinement la ville. Depuis mon arrivée, je n’avais pas encore eu la chance de pouvoir me poser à un endroit et d’admirer ma nouvelle ville. J’en profitais donc ce matin. Mes yeux scrutaient le haut des gratte-ciels, les parvis des restaurants et les entrées des hôtels. Cette ville était tellement différente de ma ville Natale, ou de Londres, et dans un sens, je lui trouvai un certain charme. Malheureusement, je ne pouvais pas me permettre de rester plus longtemps à admirer la ville, je devais me rendre au Manoir de la famille Hawking pour une séance « d’entrainement » avec un de ces membres. J’avais pour mission d’infiltrer la famille afin de la surveiller, mais pour me faire entièrement accepeter par les membres, je dois me plier à certaines demandes, et faire cet entrainement en fait partit. Il est vrai qu’au vu de mon métier, je ne devrais pas avoir trop dur, pourtant je me doutais que j’allais souffrir.

Enfin j’arrivai devant l’imposant manoir, après une grande inspiration je me décidai à frapper à la porte. Je ne sais pas pourquoi, mais d’un coup le stresse m’envahit, peut-être parce que je ne savais pas ce qui allait m’arriver.

Revenir en haut Aller en bas
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: Re: This ain't a scene, it's a god damn arms race    Mer 16 Avr - 13:19


kea&gabriel ❧ this ain't a scene, it's a good damn arms race
P
renant l'aube et le soleil naissant de court, Gabriel se tenait au milieu de la cour Hawking. Chichement vêtu, les yeux clos et le corps en quête des caresses alléchantes de la brise matinale, le tueur à gage patientait calmement. La sérénité éprouvée semblait presque mal placée au vue de la nuit passée et de la journée qui l'attendait. Il inspira longuement, apprécia les plus infimes bruits de la ville encore endormie. La sombre obscurité n'avait encore levé son voile et seuls quelques rares réverbères permettaient de retrouver son chemin à travers le jardin parfaitement entretenu. Debout au milieu d'un parterre de fleurs, Gabriel sentait les taquineries de l'herbe contre ses pieds nus, le souffle du vent léger ; corps en offrande, il savourait le chant des oiseaux, la vie nocturne et animale. Jamais accepté auprès des humains, l'homme de main ne s'était jamais sentit bestial. La noirceur de son âme, pourtant, l'était, elle. Dépourvue de la moindre humanité, elle s'enfonçait toujours un peu loin dans les ténèbres, se complaisant dans les profondeurs sombres d'un torrent infernal. Il la laissait faire, la sentant danser entre ses veines et ses muscles noués, la savant caresser ses plus folles idées. Imperturbable, il ne bougeait pas. Seul instant de répit qu'il s'offrait entre une nuit de traque agitée et une journée d'évaluation intensive. Un à un, lentement, ses muscles se détendirent. Son esprit fit abstraction de tout ce qui l'entourait ; oublia les fleurs sous ses pieds, écarta les gazouillis des moineaux, ignora les caresses du vent. Il n'était plus un être humain mais une machine. Sans ressentiment, ni émotions.
Arme et non plus homme.
Ses paupières se soulevèrent et ses yeux bleus nuancés de gris se posèrent sur la silhouette de Jayson. Ce dernier, tranquillement assis sur un banc en bois, l'observait sans mot dire. Un simple sourire étirait ses lèvres moqueuses. Leurs regards se croisèrent ; Gabriel se pencha légèrement, tendit le bras, laissa ses doigts parcourir les fleurs et les herbes. Avec une délicatesse étrange, il arracha la tige d'un pissenlit, le coinça entre deux doigts et, de son pas félin et silencieux, il alla rejoindre son colocataire. Sans un mot, il s'installa à ses côtés, laissant ses yeux clairs survoler l'immense Manoir qui les surplombait dans la nuit noire. Aucune parole ne fut prononcée, ils n'eurent aucun geste l'un pour l'autre. Les minutes silencieuses s'écoulaient avec lenteur ; la lune, derrière eux, entamait sa longue descente tandis que le soleil, lui, cherchait à monter toujours plus haut. Toujours plus loin. Sans un bruit, ils observèrent le changement de couleur de l'horizon. « J'ai un rendez-vous dans la journée. Je n'ai pas besoin que tu m'accompagnes. » « Je dois recevoir la nouvelle. » « Ah oui... Kea, c'est cela ? Lui en fait pas trop baver, Gabriel. Elle est jeune et... Plutôt mignonne. » Le tueur à gage sentit le sourire dans le ton de son partenaire, s'abstint du moindre commentaire. Doucement, il baissa la tête, observa la fleur qui gisait entre ses doigts. Il la fit tournoyer quelques secondes avant de la lancer machinalement sur Jayson qui ne bougea pas.
Déjà, l'ombre de l'homme de main était loin.

Au cœur d'une vaste salle modestement éclairée, Gabriel n'eut pas le moindre mouvement en entendant le bruit singulier d'un visiteur à la porte. Son ouïe aiguisée reconnut les petits pas réguliers de Timothy et le son étouffé de sa voix lui parvint. Il regarda l'heure rapidement. Au moins la nouvelle recrue n'était pas en retard. Il se leva souplement et tourna le dos à la porte. La pièce était propice pour un simple entraînement ; combat au corps à corps et autres vulgaires banalités. N'importe quel idiot aurait été capable de se défendre, ne serait-ce que mécaniquement. Les instincts humains, moins primaires que chez les animaux, restaient d'un grand secours en cas d'attaque. Ses doigts glissèrent lentement à sa ceinture. Derrière lui, les pas de Timothy et de leur invité s'approchaient. Il ferma les yeux, inspira et se demanda un instant s'il n'aurait pas mieux faire de lui faire subir le parcours en premier. D'un geste imaginaire, il chassa cette idée. Le plus important était d'évaluer, de jauger le niveau en combat. Cela lui permettrait de doser le niveau de dangerosité de la jeune femme et d'ainsi savoir si elle pouvait être un risque quelconque pour la santé de Jayson. Ensuite, peut-être, viendrait le temps de réellement jauger le reste, tout dépendait d'abord de ce qu'elle pouvait apporter à la Famille. La porte s'ouvrit lentement. Gabriel n'attendit pas. Il se retourna vivement et, d'un geste aussi vif que précis, lança la fléchette mortelle qu'il avait attraper discrètement. L'action n'avait pas duré plus de cinq secondes ; Timothy tenait encore la porte ouverte pour leur invité et la fléchette, lancée à toute vitesse, était prête à atteindre à sa cible.
Déjà, l'arme avait retrouvé son stoïcisme exemplaire.
L'entraînement avait débuté. Peut-être de façon déloyale pour le plus commun des mortels, de façon autrement plus naturelle pour Gabriel. Accoutumé à toujours être dans le feu de l'action, brûlé de l'intérieur par une pulsion mouvementée et un besoin ardent de toujours être en mouvement, le tueur à gage eut un éclair qui traversa ses yeux de glace. Cette première attaque lui permettrait d'avoir un aperçu fidèle du niveau réel de la jeune femme. Lorsqu'un adversaire était pris par surprise, il démontrait toujours son réel potentiel. Il n'aurait plus qu'à improviser un entraînement en fonction. D'un signe de tête, il indiqua à Timothy qu'il pouvait disposer et le majordome ne se fit pas prier pour disparaître. Gabriel s'avança lentement, laissant les néons blancs éclairer son visage fantomatique. « Pardonnez cette attaque aussi impromptue. Je tenais à tester vos réflexes dès votre entrée. Il va s'en dire que vous devez être préparé à toutes éventualités puisque l'ennemi n'attend guère pour s'en prendre à vous, aussi ne vous attendez pas à ce que mes actions ou mes exigences suivent une logique particulière. » Sa voix s'éteignit, alléchante et pleine de promesses. Il n'avait eu que peu d'information sur le passif de la jeune femme et il ne s'en formalisait guère ; contrairement à Jayson qui devait s'assurer que chaque membre de la Famille ne risquait pas de, soudainement, devenir une taupe pour les autorités policières et devait connaître jusqu'au moindre grain de poussière dans le dossier des recrues, Gabriel, lui, ne s'inquiétait que de leurs aptitudes physiques et de leur niveau de risque en cas de rébellion soudaine. Le reste, il ne l'apprenait qu'en temps voulu. Si nécessaire.


HJ:
 

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This ain't a scene, it's a god damn arms race    Jeu 24 Avr - 23:06

© made by Islande



C. Gabriel Hawking vs Kea Jouan

This ain't a scene, it's a god damn arms race


Je l’avais échappé belle.

A peine avais-je posé un pied dans le petit salon qu’un projectile fut lancé dans ma direction. Le geste fut vif, rapide et précis. En un simple coup d’œil l’homme avait réussit à me viser. Oh qu’il était bon ! Oh que oui ! Je jubilais, enfin je rencontrais quelqu’un de doué ! Un mince sourire s’étira alors sur mes lèvres et par pur esprit de compétition, je décidais d’esquiver la fléchette au dernier moment. Souplement, je me décalais sur la gauche, tandis que mes yeux suivaient la trajectoire de la petite flèche qui allait se planter dans le chambranle de porte. Instinctivement je me mettais en position de défense, et regardais tout ce qui se trouvait autour de moi. Un autre coup pouvait sortir sans prévenir. Je devais être prête ! Une fois la situation analysée, je me rendis compte que je n’allais pas encore être prise pour cible, ce n’est pas pour autant que je relâchais mon attention. Je n’ai pas été entraînée de cette manière. L’assaut pourrait venir de tous les côtés. Etre prête, sans jamais relâcher son attention voila ce qu’on m’avait enseigné. L’entrainement avait débuté d’une manière inattendue certes, cependant c’est la meilleure façon de savoir ce que vaux réellement son adversaire. J’allais déloger la fléchette pour la rendre à son propriétaire avec un mince sourire dessiné sur les lèvres.

>>Ne vous excusez pas, j’aurais fait exactement la même chose. Tester les gens d’entrée de jeu, pour savoir ce qu’ils valent réellement est la meilleure chose à faire. Aussi je ne m’attends pas forcément à avoir un traitement de faveur.

Il est vrai que je ne relâchais pas mon attention. Mes yeux scrutaient chaque recoin de la pièce, cherchant un élément qui pouvait me sembler étrange. Je ne voulais pas être prise par surprise une seconde fois. C’est lorsque mon regard se posa sur l’homme en face de moi que je me pris à le décortiquer. Grand, froid, inaccessible. On aurait presque l’impression qu’il était fait de cire, comme ces statues dans les musées. Il avait l’air trop parfait pour pouvoir exister. Comment ne pouvait-on pas être sous le charme de cet homme ? Il fallait être aveugle pour ne pas remarquer tout le charme qu’il dégage. Ses yeux bleus comme des scanners, on aurait même l’impression qu’il sait lire au plus profond de nous, ses hautes pommettes et cette aura qu’il dégageait Une aura froide, prévenant de la dangerosité de cet homme. La chose qui m’avait le plus marquée, c’était son visage inexpressif. On ne pouvait pas lire en lui, ou même savoir ce qu’il pensait à ce moment même. C’est quelque chose d’assez déconcertant. Cet homme restera une énigme à mes yeux. J’avais le sentiment d’être toute petite face à lui, d’être quelqu’un d’insignifiant, un puceron qu’il pourrait écraser à sa guise. Ah ce que je n’aime pas me sentir aussi faible face à quelqu’un !

Je devais mettre en pratique ce qu’on m’avait apprit, faire en sorte qu’il ne puisse pas deviner ce que j’allais faire, cependant j’avais toujours du mal à revêtir cette carapace. Il y avait toujours certaines informations sur moi qui fuitaient. Faute de mon jeune âge et de mon manque d’expérience certainement. Je devais faire un gros travail sur moi pour arriver à combler cette petite faute. J’allais y travailler sérieusement !





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: Re: This ain't a scene, it's a god damn arms race    Jeu 22 Mai - 19:10


kea&gabriel ❧ this ain't a scene, it's a good damn arms race
L
a partie avait commencé. Vive et sournoise, l'attaque avait été esquivée par un simple et délicat mouvement, laissant la fléchette se ficher dans le bois de la porte. Déjà, Gabriel paraissait être passer à autre chose. Aussitôt, la jeune femme s'était mise sur ses gardes, les poings prêts à se refermer et le regard alerte. Une attitude nécessaire et primordiale pour tous combattants, mais aussi futilement évidente pour quiconque viendrait de subir une attaque aussi traite. Le tueur à gage ne souffla le moindre commentaire sur la position tenue et alors qu'elle s'approchait à son tour du centre de la pièce. Alors que lui-même restait droit, les mains jointes dans son dos et la tête haute, déterminant d'une analyse brève et concise le niveau de celle qui lui faisait face. La souplesse dont elle avait fait preuve quelques instants plus tôt, probablement aidé par sa silhouette à la fois gracile et fine lui procurait un certain avantage. Quant à sa taille, loin d'être imposante, devait la rendre plus à l'aise dans ses mouvements et plus rapide que la plupart des adversaires que l'assassin avait put avoir. De ses yeux bleu glace, il sonda le regard tout aussi bleuté de la jeune femme, essayant d'y lire quelques premières impressions. A s'en fier par ce qu'il venait de voir, la jeune Kea devait aussi posséder une détente et d'excellents réflexe de combattant aguerrit et entraîné.
Sans doute, donc, devait-elle être une guerrière farouche qui pouvait, à n'en pas douter, prendre avantage sur son apparence fragile pour surprendre ses adversaires.
Il acquiesça lentement et se détourna de la jeune femme. « Vous aurez remarqué que cette pièce a été bâtie pour le combat au corps à corps. Toutefois, il vous est autorisé d'utiliser toutes les armes que vous pourrez trouver pour vous défendre. Faîtes preuve d'originalité. » Il lui tournait le dos et avait désigné, d'un ample mouvement de la main, la table vers laquelle il s'était avancé précédemment pour prendre possession de la fléchette. Ses pas le guidaient, l'amenant à lentement faire le tour de la jeune femme dans une inspection dissimulée derrière un masque d'indifférence profonde. Elle était jeune et si ce n'avait jamais été un gage de faiblesse, Gabriel ne pouvait s'empêcher les réminiscences de ses propres leçons d'entraînement lui revenir à l'esprit. Ses défauts de l'époque étaient toujours ancrés dans son âme et pouvaient lui donner un rapide aperçu de ceux de la jeune femme. « Comme vous le savez sans doute, nous n'allons pas vous engager uniquement pour vos compétences en combat rapproché. Et si vous voulez avoir une place en notre sein sans vous faire tuer dès la première mission qui vous sera attribuée, j'évaluerai ensuite votre dextérité et de vos facultés avec une arme à feu... » Il continuait sa ronde tout en s'exprimant d'un ton neutre et lointain, laissant sa voix grave et profonde résonner contre les murs de la salle. Ses mains étaient toujours cachées derrière son dos et son regard semblait fixer un point en face de lui. Mais, s'il paraissait être à semi absent, ses sens étaient aux aguets, patientant pour la première occasion. « … Par la suite, Timothy et moi-même testeront vos compétences sur le terrain. Vous pouvez, bien sûr, à tout moment me faire part de vos impressions et s'il y a des domaines dans lesquels vous vous sentez plus à l'aise, vous pouvez tout à fait me le dire. » Sa voix n'était pas encore achevé qu'il bondissait avec l'agilité et la souplesse d'un félin vers sa proie, le plat de la main prêt à rencontrer le plexus solaire de Kea pour lui couper le souffle.

Aucun répit ne fut accordé à la jeune femme. Le combat rapproché venait de débuter et les deux adversaires devaient dorénavant faire preuve de justesse et de stratégie pour réussir à parer les coups que l'autre lui assénait. Gabriel, malgré son costume luxueux sombre, semblait à l'aise dans cette épreuve du feu et ne multipliaient guère les mouvements. Chacun de ses gestes étaient méthodiquement calculé pour ouvrir et dévoiler les failles dans la garde de la jeune femme. Son pied droit se leva, effectua une courbe dans l'air pour atteindre la cible au niveau de l'abdomen mais avant-même qu'il n'ait eut le temps de la toucher, il se reposait et sa main droite attrapa l'épaule fine de la jeune femme. D'une légère pression, il la ramena contre elle comme s'il désirait l'enlacer avec tendresse. Alors que le corps de Kea se retrouvait presque collé contre le sien, il frappa avec le plat de la main dans le creux des reins de la jeune femme et s'éloigna de quelques pas.
Déjà, il avait retrouvé sa droiture.
De ses yeux électrique il ne cessait de jauger les réactions et les gestes de celle qu'il entraînait, prenant note mentale de ses lacunes et de ce qui semblaient être ses points forts. Enchaînant les attaques frontales, valsant entre les poings et un jeu de jambe parfaitement synchronisé, Gabriel ne manquait pas le plus petit détail de la stratégie de la jeune femme. Sa première étape était de comprendre ses mouvements défensifs, dévoiler leurs failles pour mieux pouvoir les contrecarrer lors des prochains entraînements. Si prochains il y avait.


HJ:
 

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: This ain't a scene, it's a god damn arms race    Sam 31 Mai - 21:21

© made by Islande



C. Gabriel Hawking vs Kea Jouan

This ain't a scene, it's a god damn arms race


Glaciale.

C’était l’attitude qu’abordait Gabriel en ce moment. Droit et calme. Impassible à tout ce qui pouvait se produire autour de lui en ce moment. Il en devenait impressionnant, voir même terrifiant. Cette capacité à ne montrer aucunes émotions, aucunes expressions faciales visibles, étaient des signes de son entrainement poussé. Je n’avais encore jamais vu un adversaire porter si facilement ce masque d’impassibilité. Cet homme est absolument déconcertant, je devais l’avouer. Lorsque je m’approchai et lui et que par conséquent, il eu tout le loisir de m’analyser, j’eu une impression étrange. Pouvait-il, en un rapide coup d’œil, lire en moi et comprendre mes faiblesses ? Non, ce n’était pas possible…A moins que ? Avais-je fais une faute de débutant, révélé une information sur moi sans le vouloir ? Je commençais à douter de mon entrainement.

J’avais le libre choix des armes que je voulais utiliser. Cependant, ce qui pouvait se révéler comme un avantage, pouvait très rapidement me le faire perdre. Un mauvais choix, un mauvais timing, ou tout simplement une mauvaise manipulation de l’arme pouvait me valoir un sérieux désavantage. Cette roulette russe en était d’autant plus passionnante. J’esquissais un mince sourire tout en écoutant ce qu’il avait à me dire. J’approuvais d’un simple mouvement affirmatif de la tête.

Sa phrase à peine achevée, l’homme bondit avec une agilité déconcertante dans ma direction. Je ne pu malheureusement pas éviter le coup qu’il venait de me porter. Le plat de sa main me percuta au niveau de mon plexus solaire. J’eu le souffle coupé et dû me reculer de quelques pas pour encaisser le choc. Une fois ma respiration sifflante passée, je portais mon regard sur lui, je devais savoir où frapper précisément. Il avait une faille, comme tout le monde, et je devais la trouver rapidement si je ne voulais pas qu’il prenne un avantage sur moi.

J’analysais, je tentais de trouver le bon moment pour attaquer. Je ne devais surtout pas lui montrer la moindre expression faciale, cependant c’était mon gros point faible. On pouvait facilement savoir ce que je préparais, je manquais d’entrainement pour garder un visage froid et dénué d’expressions. C’est certainement ce qui allait me mener à ma perte durant cet entrainement. J’ose espérer que mon manque d’exercices dans le domaine n’allait pas se faire ressentir face à lui.

C’était à mon tour de l’attaquer. Je me fis plus petite afin de passer sous sa garde, et frappais au niveau de son abdomen avec mon pied gauche. J’espérais avoir assez de force dans me coup pour lui couper au moins le souffle, ne serai-ce qu’un tout petit instant, pour que je puisse reculer et penser à préparer ma défense à sa prochaine offensive. D’ailleurs, il ne se fit pas prier, je vis sont pied droit se lever et venir dans ma direction, cependant, il ne me toucha pas. Il m’attrapa l’épaule et me tira vers lui. Alors que j’étais collée contre lui, je sentis un coup dans le creux de mes reins, me pliant légèrement sous le coup de la douleur. Me retournant vivement tout en tendant une de mes jambes, je tentais de lui faire un croche pied pour qu’il se retrouve au sol et que j’ai ainsi un certain avantage sur lui.





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: This ain't a scene, it's a god damn arms race    

Revenir en haut Aller en bas
 

This ain't a scene, it's a god damn arms race

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kang Dong Wook ☆ « this ain't a scene, it's an arms race »
» LA SCENE GORE DU MOIS
» SGU "Air" 1x01-02-03 [SPOILERS!]
» Est-ce que Haldir existe? O_o
» Yvon Zap-Zap remonte en scene pour defendre le mandat de Preval.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIS IS MY DESIGN :: Archives des Rps
-