Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Sam 1 Fév - 19:34


cedric&gabriel ❧ the shadow in the light
S
on air impassible dissimulait un ennui profond et véritable. Les mots glissaient sur lui comme de l'eau sur la pierre. Il n'en perdait pourtant pas la moindre goutte. Son regard de cendres posé sur l'homme qui les avait invité et les mains entrelacées sous son menton, Gabriel essayait de déterminer le niveau de folie de leur hôte. Malgré des apparences calmes et tempérés, une lueur aliénée brillait au fond de ses yeux. Une flamme fourbe qui mettait le tueur à gage dans un état indescriptible mais qui, jusque là, lui avait été inconnu. Une sensation nouvelle, désagréable et dérangeante. Toutefois, il restait de marbre, ses yeux ne laissant jamais s'envoler la moindre miette de ses pensées. Le reste de son visage, lui, était comme hermétique aux émotions. Il ne sentait rien, ne vivait rien, ne ressentait rien. Un cadavre aurait probablement eut davantage de sensations pour le parcourir que ce fantôme droit et peu loquace.
Il lança un regard en biais à Jayson. Ce dernier semblait immergé par les conditions émises par leur hôte et, Gabriel n'avait aucun doute là-dessus, réfléchissait déjà à un moyen de les amoindrir pour en obtenir le maximum d'avantages. Cette alliance n'était pas une idée qui leur était propre ; Abraham l'avait imaginée pour eux et elle figurait parmi ses dernières volontés. Autrefois, la guerre faisait rage entre les familles mafieuses mais les temps avaient changé. Un accord passé avec l'une des plus prestigieuses et des plus anciennes familles de yakuza pouvait être un atout. Mais il fallait, pour cela, réussir à trouver un terrain d'entente. Les négociations, longues et redondantes, n'avaient jamais figurés parmi les intérêts du tueur à gage ; la protection éternelle de Jayson, si. Il avait donc suivit son acolyte sans mot dire et assistait à la réunion sans plus de parole.
Ses bras, doucement, retombèrent sur la table mais ne firent aucun bruit en la touchant. Profitant d'une pause dans le discours du Lord Akumu, Gabriel se pencha vers Jayson comme pour s'assurer que ce dernier gardait les yeux et l'esprit ouvert. La vérification terminée, l'homme de main de la famille anglaise recula légèrement sa chaise, marquant ainsi le congé qu'il désirait prendre. « Pardonnez messieurs, mais il semblerait que vous n'ayez pas besoin de moi pour régler les détails. » Sans plus de manière mais d'un pas léger et flottant, il s'éloigna des deux hommes. Telle une ombre, il quitta la pièce. Telle une ombre, il se laissa glisser le long du couloir sans accorder d'importance aux pièces ouvertes. Il ignorait, de son regard hautain et froid, les autres membres de la famille mafieuse ennemie, ou peut-être amie, continuait son chemin sans s'intéresser à eux davantage.

Ses pas arrêtèrent de fouler le sol à hauteur d'une chambre. Ses longs doigts blancs caressèrent l’entre-brasure de la porte avec tendresse. La pièce semblait vide, Gabriel fit un pas en avant. Puis un second. Jusqu'à se retrouver au milieu des meubles. Un tour sur lui-même suffit pour qu'il note chaque détail et qu'il décide de faire demi-tour. Il n'y avait rien d'intéressant. Ça en devenait aberrant. Un soupire bruyant lui échappa alors qu'il reprenait son exploration improvisée. Ses yeux grimpèrent les escaliers, son corps suivit peu de temps après. La main frôlant la rampe d'un délicat mouvement, il parvint au première étage avec une aisance féline. L'esprit au repos, le tueur à gage ne contrôlait plus ses mouvements. Il se contentait d'avancer. Plus loin. Toujours plus loin. Une caresse l'enlaça et il tourna à droite, ouvrit une porte, traversa une pièce, ouvrit des fenêtres. Et resta sans bouger. Un poignée de secondes ou d'interminables minutes. Peut-être une heure ou bien une éternité. Seul, face au soleil. Seul, face à l'horizon. Sa silhouette droite lui donnait un air de statut tandis que son être se délectait de cet instant.
Et puis il y eut un mouvement. Derrière lui. Comme des pas. Il ne broncha pas, préférant attendre encore quelques minutes. Sa respiration, régulière était imperceptible. Son regard, translucide, ne se détachait pas de la vue magnifique qui s'offrait à lui. Le vert des arbres, le bleu du ciel, le gris des immeubles d'en-face. Et l'horizon, brouillé, noir et blanc. Comme un mauvais effet sur un logiciel de retouche. Il ferma les yeux, compta les secondes. Dix. Ses doigts pâles restèrent le long de son corps squelettique. Quinze. Ses paupières se soulevèrent, laissant apparaître un regard sûr. Vingt. Le coin de ses lèvres roses s'étirèrent.
Sa main plongea derrière lui, ses doigts se refermèrent autour d'un poignet délicat. D'une pression du bras, il ramena le corps contre lui, lui donna un léger coup d'épaule. Suffisamment fort pour l'obliger à se retourner, trop faible pour le blesser. Sa seconde main avait déjà volé à l'intérieur de sa veste, en avait tiré un 9mm chargé et était allé se plaquer entre les deux omoplates de l'homme juste le faire rencontrer le mur tapissé. Gabriel maintenant l'étranger en position de dominé, lui retenant un bras au milieu du dos, prêt à le briser d'un seul mouvement, le canon de son arme collé contre sa nuque dévoilée. Il avait fait un pas et se retrouvait presque collé contre l'homme, l'empêchant d'effectuer le moindre mouvement.
L'action n'avait duré qu'une volée de secondes.
« Vous avez soixante secondes pour me dire qui vous êtes, ce que vous faîtes ici et me donnez une raison valable de ne pas vous coller une balle à la base de cette jolie nuque. » Sa voix, glaciale, était aussi tranchante qu'un coutelas aiguisé et ne laissait guère place au mensonge. Son visage, fermé et dur, ne laissait rien paraître de ses intentions sur son actuel prisonnier.

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Mer 5 Fév - 17:30

Merde était probablement le mot le plus adapté selon lui pour résumer sa situation actuelle. Il était immobilisé et ne pouvait donc pas bouger et s'il tentait quoique ce soit, de un l'autre lui briserait le bras et de deux, il se prendrait une balle dans la nuque. Et donc il crèverait.
Merde était le mot qui était certainement le plus convenable.
Et accessoirement, lui, il aurait énormément de mal à faire comme n'importe quel Akumu à ce moment-là et trouver une parade, il ne lui restait plus qu'à répondre. Fort heureusement pour lui, la chance était de son côté et il n'aurait bien sûr qu'à dire la vérité, ce qu'il avait bel et bien l'intention de dire; et cette vérité pourrait plutôt nuire à l'autre en fait.
Cedric Law soupira et finit par répondre à celui qui le tenait en joue.


****


Quelques temps plus tôt - parce qu'oui j'aime les flashbacks et le suspense; pour ceux qui n'auraient pas suivi je suis la narratrice cinglée qui raconte l'histoire des Akumu et toute sa clique.
(Cedric: En fait ce serait plutôt, "quelques heures plus tôt".)
...BREF !

Quelques heures plus tôt.


-Combien seront-ils au juste, Kagi-sama ?

-Ce me semble qu'ils ne seront que deux, aussi je n'apprécierai pas qu'ils se sentent quelque peu...en infériorité numérique. Par conséquent, vous resterez à Baltimore, hormis quelques uns qui m'accompagneront mais resterons en retrait ou dans leur chambre. Est-ce clair ?

Les yakuzas réunis s'inclinèrent tandis que Kagi, souriant, désignait les cinq qui le suivraient à Quantico - ils seraient donc six pour le voyage. Shitsuji insista prestement pour que Cedric vienne ce que le taré en gris accepta derechef.
Ainsi étaient prêts pour Quantico, Kagi, Shitsuji, Cedric, Hachi, Wanryoku et Izumi.

Je crois avoir déjà parlé des trois premiers mais peu des trois autres.

Hachi était un grand homme fin et élégant portant de fines montures noires ou argentées, parfois dorées. Ses yeux ne reflétaient aucune émotion et son visage était impassible. Une sorte d'aura glacée émanait de lui, et l'on prétendait que son coeur était de glace et qu'il lui était impossible d'aimer. Hachi était certainement l'homme sur lequel Kagi pouvait se reposer, il était son fidèle bras-droit sur lequel il pouvait compter, réglant pour lui tous les petits détails auxquels il n'aurait pas forcément penser lui-même. Ce yakuza faisait passer son travail avant et était d'un grand professionnalisme, les plaisirs personnels étaient bien peu de choses pour lui en vérité; plaisirs se résumant par l'écoute de musique et la lecture, ainsi que l'entretien de son arme. Il l'ignorait lui-même, mais il était amoureux, ne voulant pas l'admettre de suite.

Wanryoku était un homme blond et musclé, doté d'une grande force physique mais également de caractère, bien que ce dernier soit principalement doux et affectueux avec ceux qu'il apprécie réellement, n'offrant que la vue de quelqu'un de peu agréable aux autres ne faisant pas parti de la famille Akumu. Cet homme devait avoir environ la trentaine ou un peu plus. Il était le médecin de la famille, à la loyauté sans faille et...au sens de l'humour un peu douteux.

Izumi, jeune femme rousse d'origine suédoise, à la mince silhouette, était la comptable de la famille Akumu. Dans sa tête semblait dansaient les chiffres et l'on aurait pu dire qu'elle avait une calculatrice à la place de son cerveau, ce qui lui était bien utile tous les jours. Certainement la moins bonne combattante de la famille parmi les six Akumu présents à Quantico, mais psychologiquement plus fine et adroite, et plus rusée. Ce n'était d'ailleurs pas pour rien que dans le milieu criminel on la surnommait la Renarde Chapardeuse ou la Renarde d'Argent; la renarde car maligne, chapardeuse car l'argent est une de ses motivations tandis que l'argent faisait référence à son allégeance. Et malgré tout l'or que l'on pourrait lui proposer en échange, elle ne serait jamais capable de divulguer la moindre information pour affaiblir son patron et jamais elle ne le trahirait.

Et après cette petite pause, reprenons le sujet !

Deux heures plus tôt, Quantico.


-...en sachant que la famille Akumu est toute à Baltimore, qui est venu prendre soin de ce lieu ? C'est tout propre là !

-Hihihihi ! Non pas toute...

Malgré son insistance, Wanryoku n'en sut pas davantage de son patron ni même d'Hachi et de Shitsuji qui eux le savaient certainement.
Ils s'installèrent bien vite et Kagi décida qu'Izumi et Hachi assisteront à la petite réunion tandis que Shitsuji apporterait seulement les boissons et les petits gâteaux et repartirait en cuisine aussitôt fait. Wanryoku indiqua que si jamais quelqu'un se blessait, il serait dans une pièce qui servait apparemment d'infirmerie; dans un bâtiment d'apparence insalubre mais qui de l'intérieur ne l'était pourtant pas. Cedric dit qu'il ferait un tour dans le bâtiment pour vérifier que tout allait bien et retournerait dans sa chambre.
Sauf qu'en attendant l'arrivée des deux invités, il ne restait que deux heures et ils s'enquiquinaient un peu. Et je vais faire une ellipse narrative parce que raconter l'ennui de six personnages...euh...Bon, en résumé, Kagi, Wanryoku, Izumi ont joué aux cartes, Hachi a fini de lire un livre de...mathématiques ?! Et Shitsuji et Cedric...


-On peut faire plein de choses en deux heures monsieur Law...

Le sourire du majordome aux yeux de thé firent frémir Cedric lorsqu'il se sentit plaqué contre un lit, dans l'incapacité de bouger tandis que son seme le menottait et sortait quelques jouets d'une valisette qu'il avait amené.

ELLIPSE NARRATIVE !

Bon, je ne vais pas redire ce qui a déjà été dit. Les négociations allaient bon train entre les deux camps et...vous vous en foutez donc revenons au paragraphe du début je vous prie.


****


Cedric ne semblait pas trop s'inquiéter et il se contenta de répondre sans aucune anxiété:


-Je m'appelle Cedric Law, j'accompagne les Akumu et fait parti de leur famille. Vous vous trouvez ici en tant qu'invité, avez-vous l'intention de tuer l'un de vos hôtes ?

Cedric était très calme, et il n'y avait aucun sarcasme dans sa voix. Il était juste...calme. Le majordome aux yeux de thé arriva entre temps, tenant des couverts dans sa main - trois fourchettes dans la main gauche et trois couteaux dans sa main droite - poings serrés faisant ressortir les couverts comme des griffes, qui pourraient servir d'armes. Ces couverts d'argenterie étaient en fait ses armes de prédilection.
L'assassin l'avait déjà vu tout à l'heure lorsqu'il avait apporte thé et petits gâteaux pour tout le monde et Kagi l'avait déjà présenté comme étant son majordome.


-Monsieur, si vous pouviez éviter de tuer mon sex-toy, cela m'arrangerait énormément.

-...je te remercie de ta discrétion Shitsuji !

Le regard de Cedric était maintenant un mélange de gêne et de...frustration ? Colère ? Un peu moindre que la colère tout de même. Son ton également et son visage...
Et Shitsuji souriait aimablement.


-Êtes-vous perdu monsieur ? Désirez-vous visiter cet endroit ? Je peux vous servir de guide si vous le souhaitez; tant que vous n'abîmez pas trop ce jouet-ci, je vous en serai gré.
Revenir en haut Aller en bas
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Sam 15 Fév - 10:58


cedric&gabriel ❧ the shadow in the light
D
'un naturel calme et posé, Gabriel appréciait tout particulièrement le silence et la solitude. Sûrement cela expliquait-il son choix d'orientation professionnelle, ce besoin d'agir dans l'ombre sans jamais retirer la moindre gloire. Aussi silencieux qu'une tombe, aussi discret qu'un grain de poussière, l'homme se glissait dans les demeures, effectuait ce pourquoi il était payé et quittait les lieux. Sans jamais un regard en arrière, sans jamais éprouver le moindre regret. A peine plongeait-il les mains dans les poches d'un air négligent qu'il disparaissait dans la nature sauvage de Baltimore. Sa silhouette s'évaporait et son nom échappait à toutes les lèvres. Il était inconnu mais il terrorisait l'entière ville de par ses méfaits. Aucune gloire, aucune reconnaissance. Tout juste un frisson.
La discussion n'avait jamais été son point fort aussi s'était-il retiré des négociations qui pouvaient se dérouler sans lui. Jayson était le beau parleur de la bande et nul doute qu'il s'en sortirait beaucoup mieux sans la présence du tueur à gage à ses côtés. Ce dernier, de son pas discret et de sa démarche langoureuse, s'était éloigné, explorant la maison qui les accueillait un court temps. Les pièces se succédaient sans qu'aucune ne retienne véritablement son attention, sans qu'il ne montre le moindre signe d'intérêt. Et puis il y avait eu cette chambre, cette envie curieuse d'y pénétrer pour trouver un réconfort et un calme absolu. Gabriel, cédant à ses pulsions, était entré. Il avait demeuré seul un certain temps, peut-être plusieurs secondes, peut-être quelques minutes. Jusqu'à ce qu'une présence ne se manifeste, dans son dos. Jusqu'à ce qu'il laisse ses instincts de garde du corps et de tueur reprendre le dessus. Bloquant l'autre, prêt à lui tirer une balle au moindre prétexte et à lui décrocher le bras si l'occasion s'y prêtait. Il ne sentait chez l'autre aucune peur, aucune tension. Loin de se laisser déstabiliser, Gabriel accentua la pression qu'il exerçait sur le bras replié. Quelques secondes, il pencha légèrement la tête sur le côté à la manière d'un félin. Ce Mister Law avait raison ; il ne pouvait se permettre de liquider, sans aucune raison de surcroît, l'un de ses hôtes. Toutefois, il ne le lâcha pas immédiatement. Ses muscles se décontractèrent sous son étroit costard mais il continuait de tenir l'autre contre le mur.
Une autre voix s'éleva, dans son dos cette fois-ci. A peine tourna-t-il la tête pour voir qui venait ainsi le déranger. Sous les traits de l'homme, il reconnut un majordome brièvement croisé quelques minutes plus tôt. Mais ce qui interpella l'attention du tueur fut la position d'attaque de l'homme ; les couverts agissant comme des griffes, la position du larbin laissait penser qu'il était prêt à passer à l'offensive si Gabriel faisait mine de vouloir porter atteinte à celui qu'il appelait son jouet. Le britannique laissa son regard se poser sur Cédric avant de le relâcher sans pour autant s'éloigner. « Au temps pour moi, j'ignorais qu'un majordome pouvait avoir le droit de vie ou de mort sur quelqu'un. » Sa voix, un brin méprisante, ne laissait transpercer aucune émotion de plus que le dédain. Loin de lui, pourtant, l'envie de rabaisser l'homme de maison à un rang inférieur, mais la liberté semblait être une valeur fort précieuse pour le tueur à gage.
Et la méfiance restait de mise.

D'un geste lent, il rangea son arme, et ajusta sa chemise et sa veste. Ses épaules serrées dans du sur-mesure, il laissa un ange passer suite à la proposition du majordome. Ses yeux restaient posés sur le visage de l'homme mais son attention était, elle, portée sur les couverts. Son instinct de tueur lui ordonnait de rester prêt à agir au moindre faux mouvement, mais son corps ne paraissait pas éprouver de lutte intérieure. Parfaitement détacher des émotions, Gabriel plongea une main nonchalante dans la poche de sa veste. « Je vous remercie de la proposition, mais je crains qu'il soit trop tard pour me faire visiter votre charmante demeure. » Son regard légèrement gris avait survolé l'ensemble de la pièce et son bras s'était tendu dans un geste théâtral. Sans se dépâtir de son flegme et de son air impassible, Gabriel reposa les yeux sur Cédric Law avant de se tourner vers le majordome. « Veuillez accepter mes excuses, Mister Law, je suis davantage un homme d'action qui a pour habitude d'agir avant de s'apercevoir de ses erreurs... J'espère que votre épaule ne souffrira pas trop, » ajouta-t-il après un bref silence. L'esquisse d'un sourire vint étirer le coin de ses lèvres tandis qu'il revêtait le costume de professeur qui lui seyait si bien.
Il ne se cachait pas, il se dissimulait.
Un peu de maladresse, un peu d'humanité sur ce visage hermétique et le tour était joué.

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Dim 2 Mar - 18:32

« Au temps pour moi, j'ignorais qu'un majordome pouvait avoir le droit de vie ou de mort sur quelqu'un. »
 
Shitsuji se contenta de sourire, ne faisant aucune remarque sur le ton quelque peu méprisant du tueur à gages; il en avait si souvent entendu qu'il avait pris la peine de ne plus rien relever. Ou alors l'homme en face de lui se méfiait du majordome ?...très certainement. Et il avait raison.
Shitsuji, majordome d'une très grande loyauté sans faille - en apparence c'est que cela donnait - capable de vous tuer ne serait-ce que pour le moindre manquement à l'étiquette, la politesse ou une simple remarque contre son employeur. Mais cela n'est pas vraiment la partie qui vous intéresse; avouez que vous vous fichez pas mal du majordome pour le moment, non utile à l'intrique pour l'instant.
 
J'éviterai la paraphrase et me contenterai simplement de dire les réactions des deux autres hommes quant à ce que fait et dit le tueur à gages.
 
Un Ange Pleureur passa et se cassa la gueule.
Shitsuji ne releva pas non plus le silence pesant suite à sa proposition, tandis que Cedric attendit patiemment que l'autre le lâche, calmement sans aucune nervosité. Combien de fois s'était-il retrouvé dans ce genre de position ? Beaucoup de fois.
Bref...le moment tant attendu de Cedric, cet instant où il sentit qu'on le lâchait enfin. Aussitôt il alla vers le majordome et passa derrière lui, mais ne quitta pas la pièce de suite.


« Veuillez accepter mes excuses, Mister Law, je suis davantage un homme d'action qui a pour habitude d'agir avant de s'apercevoir de ses erreurs... J'espère que votre épaule ne souffrira pas trop, »
 
-Ce n'est rien j'en ai vu d'autres.
 
Son ton était légèrement froid et calme, mais sans aucune animosité, peut-être avec un ou deux sentiments mêlés; du soulagement et un calme absolu certainement ? Non, oubliez le soulagement en fait, cela ne se marie pas très bien.
Le majordome souriait toujours, de cet étrange sourire qui faisait planer le doute quant à ses actions futures immédiates ou bien ses pensées. Cedric se retourna et regarda le tueur à gages. Quelque chose avait changé sur son visage mais il ne saurait dire quoi. Oh, et puis qu'importe ! Il regarda son amant ranger ses lames dans ses manches via un petit procédé mécanique, formidable mécanisme que lui-même possédait tout comme beaucoup d'Akumu.
Un silence pesant s'installa, silence aussitôt brisé par un hurlement.

 
-JE M'EMMERDE !!!!!
 
Un regard entendu entre le majordome et le romancier, suivi d'un facepalm de Cedric et le majordome s'excusa en s'inclinant devant leur invité; il devait régler un petit problème. Ils se reverraient peut-être plus tard. Shitsuji disparut, avec grâce et célérité dans ses mouvements; ok, vous vous en fichez aussi.
Cedric, lui, resta là quelques instants encore, regardant leur second invité. Il ignorait quoi faire. Aussi froid qu'Hachi, c'est ainsi que le romancier le comparait. Et il savait que la discussion n'était pas de mise avec ce genre de personnes, à l'heure actuelle. On entendit des bruits de lutte dans une pièce lointaine par rapport à eux, à l'autre bout du bâtiment; qui était loin d'être une charmante demeure. Un simple lieu où ils pouvaient vivre et se rabattre au cas où les choses tourneraient mal à Baltimore ou bien New York.
Quantico était une sorte de roue de secours.
Quantico, c'était aussi le lieu où vivait l'éditeur de Cedric; un personnage assez égocentrique que l'auteur n'aimait pas. N'y avait-il donc pas un Akumu éditeur dans le coin ? Non, bien sûr que non.
Las du silence pesant qui régnait dans la pièce, le romancier salua le tueur à gages et s'éloigna; Cedric mourrait d'envie de savoir le pourquoi de ce bruit de lutte.
 
En découvrant ladite raison d'ailleurs, le romancier fit ce que l'on appelle un facepalm. Un peu fatigué, mais habitué, aux "conneries" des Akumu. Wanryoku et Shitsuji étaient simplement en train de se battre. Le premier avec sa scie - oui, vous avez bien lu - et l'autre avec l'argenterie qu'il avait à disposition sur lui; je ne ferai aucun commentaire concernant le choix des armes.
Cedric ignora totalement si l'autre l'avait suivi, mais lui, il était là, se glissant dans la cuisine, pour passer dans la pièce d'à-côté. Un couteau se planta dans la porte au moment où il l'ouvrit et il faillit simplement faire une crise cardiaque.

 
-Ah, pardon monsieur Law !
 
-Gomen nasai de l'avoir dévié Ced' !
 
-Faites un peu attention tous les deux, vous allez finir par vous blesser !
 
-C'est le but !
 
-Wanryoku s'ennuiera moins, ainsi !
 
Le romancier soupira en entrant dans la pièce dont il laissa la porte grande ouverte avant de revenir dans la cuisine; et esquiva une fourchette qui chuta sur le sol par la suite.
 
-Bon, je vais faire un peu de cuisine en attendant, je vous sers quelque chose les gars ?
 
-Sandwich à la confiture de banane s'il te plaît !
 
-Les pots de confiture se trouvent le placard au-dessus de vous monsieur Law.
 
-Ok, merci Shitsuji.
 
Le dénommé Wanryoku esquiva une fourchette qu'il fit dévier et elle alla se planter à l'entrée de la cuisine, dans la porte. Le majordome ne semblait même pas lassé de leur petit combat dans la cuisine.
Et oui deux hommes sont en train de s'affronter dans une cuisine et un troisième est en train de cuisiner juste à côté en parant ou esquivant les coups en même temps. Je ne ferai strictement aucun commentaire quant à cette scène; vous êtes chez des Akumu, vous vous attendiez à quoi ?!
Reste à savoir ce qu'en pense leur invité, si tant est qu'il ait suivi Cedric Law...
Et le pire, c'est qu'il n'a pas tout vu encore...
Revenir en haut Aller en bas
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Mer 26 Mar - 19:44


cedric&gabriel ❧ the shadow in the light
S
es interlocuteurs étaient des plus étonnants et des plus singuliers. Loin de sembler effarer quant à l’attitude du tueur à gage, le majordome et l’homme qu’il tenait contre le mur faisaient preuve d’un calme olympien. Un masque impénétrable plaqué sur son visage sombre, Gabriel avait fait mine de les laisser dominer la situation mais une pensée s’échappa pour Jayson, resté seul avec celui qui semblait être à la tête de la famille. Des rumeurs avaient couru sur leur fiabilité mais les Hawking ne s’étaient guère laissé démonter par des bruits de couloir. Les négociations pouvaient s’avérer plus avantageuses pour les deux mafias que néfastes et Jayson s’était montré assez confiant pour que Gabriel acquiesce son idée. Toutefois, maintenant qu’il se trouvait sur place, l’homme de main commençait à douter de la santé de leurs hôtes. Il y avait comme une aura malsaine qui flottait autour de chacun des membres qui composait cette Famille et qui, sans inquiéter l’homme au masque de glace, ne le laissait pas sans un étrange sentiment.
Un cri vulgaire et tonitruant retentit et, avant qu’il n’ait le temps de dire quoique ce soit, le majordome s’éclipsa. Le regard clair du tueur à gage valsa jusqu’à se poser sur l’homme qu’il avait quelque peu malmené un peu plus tôt. Les lèvres scellées dans un pacte silencieux, il ne broncha pas plus lorsque celui-ci disparut à son tour. Demeuré seul, Gabriel laissait ses sens reprendre leur droit sur la pièce pour rester aux aguets. Son attention paraissait portée sur l’ouverture qui venait de voir ses deux interlocuteurs s’évaporer, mais son esprit s’en était allé voguer ailleurs. Les secondes s’écoulaient dans le sablier du temps sans qu’il ne s’en aperçoive. Les bruits de lutte ne cessaient pas et, de sa démarche chaloupée et silencieuse, Gabriel suivit les maigres paroles incompréhensibles qui lui parvenaient. Il ne pouvait s’attendre à quelque chose de plus étrange encore. Alors qu’il esquissait dans son esprit ténébreux deux corps s’affrontant à mains nues, au mieux armés d’objets aussi évidents qu’une batte de baseball, le spectacle qui s’offrit à lui fut des plus surprenant. Mais non pas des moins intéressants.
Devant lui, le majordome précédemment rencontré et un autre homme dont le nom lui échappait s’affrontaient, en effet. L’un armée d’une scie, l’autre des ustensiles qu’il semblait affectionner. La surprise, toutefois, n’osa pas peindre les traits du tueur à gage. Esquissant sans trop de difficultés les objets qui volaient, il laissa son épaule rencontré l’embrasure de la porte pour observer la scène en silence. Ses bras se croisèrent et il porta un doigt à ses lèvres qu’il caressa lentement. L’analyse d’un combat aussi absurde, entre deux membres d’une même famille, était fascinante pour un homme qui se dissimulait derrière un titre de professeur de sociologie. Ses yeux suivaient les mouvements de l’un, puis de l’autre et il ne fut guère étonné de découvrir chez le majordome une dextérité insoupçonnée. Nul doute qu’il devait être un adversaire redoutable.

Gabriel lança un regard par-dessus son épaule. Mais personne ne paraissait vouloir intervenir pour interrompre cette lutte acharnée. Et il admettait pour lui-même que s’il pensait intervenir, ce n’était pas plus interrompre que pour prendre part à cette bataille. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’il n’avait eu le loisir de trouver quelques adversaires. Ses dernières victimes, loin de rester passives, n’avaient pas eu suffisamment de force pour l’effleurer et les rares qui auraient pu se défendre avaient succombé des suites d’un mortel poison. Ordre de Jayson. Il attendit quelques minutes supplémentaires mais, certain que son patron ne surgirait pas dans l’immédiat, il profita d’un couteau qui semblait lancé dans sa direction pour se lancer dans la lutte. Ses doigts se refermèrent autour du manche de l’objet, le stoppant net dans sa course meurtrière et sans plus hésiter, il le maintint entre ses doigts pour parer le coup de scie qui menaçait de s’abattre sur le majordome. Loin de se laisser démonter et sans attendre une quelconque réaction, il en profita pour se baisser et fit mine de vouloir donner un coup au niveau du genou de l’homme-à-la-scie avant de le toucher au niveau du plexus solaire avec la tranche de la main. Aussitôt fait, il s’éloigna d’un pas, en garde, le couteau toujours dans sa main droite, prêt à affronter le premier qui donnerait l’assaut.
Ses yeux, d’un gris orage, laissaient une vague lueur amusée briller dans son regard sérieux alors que son corps clamait une tranquillité d’esprit. Peut-être avaient-ils d’étranges us, mais Gabriel appréciait grandement l’idée de pouvoir se dégourdir un peu pour oublier les longues négociations entamées précédemment.

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Sam 5 Avr - 12:54



"Qu'y a t-il de mieux pour reconnaître ses alliés qu'un combat amical sans verser de sang et sans blessés ?" Seikyo Akumu, l'ancêtre, en buvant son thé.

****

Ainsi que le disait l'ancêtre de Kagi en un temps fort reculé tout en buvant son thé, rien de tel qu'un combat amical afin de connaître et reconnaître ses alliés. De plus on connaissait alors leur force et l'on pouvait reconnaître leur valeur; ou presque car certains peuvent toujours feindre, et il est de nature chez un Akumu de feindre ses véritables capacités pour mieux tromper ou plutôt réserver une surprise désagréable à son ennemi mortel.
Mais la narratrice que je suis commence à digresser alors que vous autres lecteurs devez sans aucun doute attendre la suite de ce sujet; eh bien j'y viens justement !

Lorsque deux membres de la famille Akumu se battent, ou bien règlent-ils un différend qui n'a parfois pas lieu d'être, ou bien testent-ils chacun de nouvelles techniques mises au point durement, ou bien s'entraînent-ils en vue d'une prochaine attaque ennemie, ou bien s'amusent-ils pour passer le temps. Dans tous les cas, il n'est pas de bon ton pour un étranger à cette bizarre famille de s'interposer; mais s'il souhaite simplement devenir un autre combattant à la joute actuelle, il sera toujours le bienvenu.
Et voici dans quel cas se trouve C.Gabriel Hawking.

Le majordome aux yeux de thé n'a jamais prévu l'arrivée d'un nouvel arrivant dans cette lutte contre l'ennui de Wanryoku, mais ce tueur à gages semble lui aussi vouloir goûter aux joies d'un petit combat amical entre deux membres d'une même famille; allons soit !
Plus on est de fous plus on rit, n'est-ce pas ce que dit toujours leur chef Kagi ?

Wanryoku est surpris que son coup de scie soit stoppé par l'homme étranger à leur fratrie, mais il ne se démonte pas. Il reste tout aussi étonné de la célérité que possède cet étranger, car il est tout de même parvenu à...non. Vous l'avez déjà lu je ne vais donc pas faire de la paraphrase.
Passons donc immédiatement à la suite du combat.

Les deux Akumu regardent l'homme; Wanryoku se trouve être surpris tandis que Shitsuji semble amusé. Et dans son coin, Cedric jette un petit coup d'œil, levant un sourcil étonné avant de retourner à son occupation: il fait la cuisine alors que maintenant trois hommes se battent juste à côté de lui, et il peut très bien risquer d'être blessé par la même occasion; mais il en a l'habitude; avec ces fous, tout est possible, il en avait déjà fait les frais !


-...ah salut...alors comme ça vous voulez vous battre, hum ?!

-Amusez-vous bien monsieur. dit le majordome, sourire énigmatique aux lèvres, d'une voix amusée.

Et toujours de dos, en train de cuisiner, le romancier ajouta:


-Bonne chance...hum...Je vous fais un sandwich à vous aussi ?

Wanryoku se jette soudainement sur l'homme qui s'était mis en garde, tandis que Shitsuji se précipite sur son compagnon scieur, la pointe du couteau vers lui afin de viser son ventre; le combattant à la scie esquive la lame mais peut-être pas les autres coups donnés par l'autre homme.
Au final, Wanryoku est seul contre deux adversaires. Mais au moment où le scieur aurait dû recevoir un coup de pied de la part du majordome, la jambe de ce dernier est subitement stoppée par une lame de sécateur, qui fort heureusement ne le blesse pas; et d'ailleurs ce n'est pas le dessein du propriétaire. Un autre arrivant venait d'arriver dans la cuisine.
Hachi remonte ses lunettes en soupirant.


-Vraiment...ne peut-on donc jamais vous laissez seuls sans que vous vous battiez chaque fois Wanryoku san ? Et vous Shitsuji san...le premier majordome de notre illustre famille...

Un coup du plat de la scie sur la tête d'Hachi le fait taire et le fait se retourner vers le scieur qui rit d'un rire joyeux.

-Vous voulez jouez à cela ? Vous l'aurez voulu !

-Eh non mais là ça va faire trois contre un !

Le premier majordome va se placer aussitôt aux côtés de son compagnon scieur, au grand soulagement de ce dernier.
Cedric se met à soupirer; encore un autre lutteur, il aurait du mal à esquiver les armes si jamais l'une venait lui chatouiller les côtes par inadvertance, ou ailleurs sur son corps.


-Merci de faire attention...

****


C.Gabriel Hawking and Hachi VS Wanryoku and Shitsuji.
Round one.
Fight.
Revenir en haut Aller en bas
C. Gabriel Hawking
avatar
Hitman •
payed to kill people
Hitman •payed to kill people

Messages : 567
Avatar : Benedict Cumberbatch
Crédits : aleera (fournisseuse officielle)


» ID Card
Emploi: professeur de sociologie (tueur à gage)
Relationship:


MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   Sam 26 Avr - 12:29


cedric&gabriel ❧ the shadow in the light
D
iscuter n'avait jamais été une seconde nature chez le tueur à gage. Ainsi laissait-il volontiers les dialogues à son acolyte tandis que lui, plus effacé, préférait l'ombre et le silence. L'action parvenait à le mettre en contact avec autrui sans qu'il n'ait besoin de créer de véritables liens. Sans les mots, il pouvait toucher et blesser ses adversaires, se sentir plus proche d'eux que tous ces amateurs de rhétorique ne pourraient jamais l'être. Il s'agissait pour lui d'être en mesure d'entrer dans leur espace, d'envahir leur être entier pour mieux faire. Mieux percer leurs mystères, mieux percer leur système de défense, mieux percer leur force. Et mieux les abattre en temps voulu. Il vivait sans remord, sans regret. Se servir des autres pour les utiliser contre eux-mêmes était sa tactique principale, celle qui faisait de lui un assassinat si habile et discret. Une ombre parmi les démons sombres de la ville.
Le silence était son domaine.
C'était donc en silence qu'il s'était lancé dans la danse presque meurtrière de ses hôtes. Il nota l'air surpris de l'un d'eux, le sourire amusé du majordome. Lui resta impassible. Le poing fermé sur le couteau qui pendait le long de son corps longiligne, le tueur à gage attendait que l'un de ses deux adversaires vienne s'en prendre à lui. A la place, ils lui parlèrent. Les mots n'étaient pas son fort. Il se contenta d'un signe de tête poli et entendu sans que l'expression figée sur son visage ne se change. A peine eut-il l'air surpris lorsque l'homme précédemment martyrisé lui proposa une collation. Alors que les méandres de son esprit tentaient de suivre le fil logique d'une telle question, sa raison lui intimait l'ordre de ne pas essayer de comprendre. Dès la seconde où il avait mis les pieds dans cette demeure, il régnait une atmosphère étrange de folie meurtrière et psychologique. Une atmosphère qui lui échappait. « Non, ça devrait aller. Mais je vous remercie de la proposition. »
Il eut à peine le temps de terminer sa phrase.

L'un de ses adversaires se jeta sur lui et Gabriel, l'attention à peine relâché le temps de répondre à son ancienne proie, dut effacer les épaules avant de glisser d'un mouvement rapide pour éviter un coup. Une quart de secondes lui suffit pour se reprendre et porter un coup du paume de la main dans les côtes de l'homme. Malheureusement, le coup n'atteignit par sa cible ; l'intervention du majordome avait permis à la cible de bouger afin d'éviter une lame dangereuse et Gabriel n'avait pu prévoir un tel changement. Dans ses yeux s'éclaira une flamme et, sans attendre plus longtemps, il tendit le pied en direction de l'épaule de son adversaire. Il profitait de la concentration portée au majordome pour lui-même faire pleuvoir les coups. Jusqu'à ce qu'une nouvelle fois ne s'élève dans la pièce. Retrouvant une droiture exemplaire, l'homme de main mit des noms sur les visages, sans être certain de savoir les prononcer correctement à l'avenir. Ses sourcils se froncèrent lorsque le nouveau venu reçut un coup sur le sommet du crâne.
Ainsi, il était courant chez les Akumu de s'adonner à ce genre de petits duels ? Voilà qui était intéressant.
La famille japonaise était très différente de celle de Gabriel, tant dans les mœurs que dans leur façon d'opérer. Peut-être était-ce réellement essentiel, pour Jayson et lui, de créer une alliance.
Sans que l'assassin n'ait eu besoin de dire, ou faire, quoique ce soit, des groupes se formèrent. S'il avait put avoir un très court aperçu de ce que donnait le duo formé par ses adversaires, il ignorait, en revanche, tout de celui qui se tenait à ses côtés et qui était armé d'un sécateur. Au moins savait-il s'armer.
Les premières secondes, ils les passèrent à s'observer. Simplement. Calmement.
Et l'action se lança.
La première cible de Gabriel fut le dénommé Wanryoku, celui qui, semblait-il, était le plus enclin à ce genre de bagarre improvisée. Se mouvant rapidement, le tueur à gage voulut lui porter un premier coup au niveau du visage avant de pointer le couteau qu'il tenait toujours entre ses doigts fermés. Il alternait les attaques, virevoltant parfois pour éviter les coups qui lui étaient portés. La rapidité et la précision de ses adversaires semblait la ravir intérieurement. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu à faire à des hommes si bien entraînés et si adeptes en combat. Du coin de l’œil, il vérifia comment s'en sortait celui qui lui faisait office d'équipier durant ce petit duel.


HRP:
 

_________________
SEVEN WAYS TO DIE
tyger tyger, burning bright in the forests of the night, what immortal hand or eye could frame thy fearful symmetry?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric   

Revenir en haut Aller en bas
 

THE SHADOW IN THE LIGHT + cedric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Alec Lightwood | Of the shadow in the light.
» Editeur light libre
» Recherche open : Fire & Shadow
» the light of aerendil
» Shaiya Shadow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIS IS MY DESIGN :: Archives des Rps
-