Top Sites

Publicité pour ton forum et échange de bannières
Clique-moi, clique-moi, clique-moi !!! (ou je te mange)



 


♥️♥️♥️ JOYEUSE SAINT VALENTIN ♥️♥️♥️
Tous nos voeux de bonheur à tous les couples !
Pour les célibataires, n'oubliez pas : le prince charmant saura vous trouver, un jour ou l'autre.
Ne perdez pas espoir ! ♥️

Partagez | .
 

 Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Dim 26 Jan - 21:55

J'ignore totalement où je suis. Une pièce toute blanche et je suis seul. Encore. Toujours...seul. J'ai l'impression qu'il s'agit de mon avenir, d'être seul. Ma vie en somme. Je ne sais jamais quoi faire dans ses moments. J'ai juste peur. Une énorme peur qui me cloue sur place, je suis incapable de bouger.
Qui n'aurait pas peur à ma place ? Une pièce toute blanche sans issue et l'on est seul. Seul tandis que les murs deviennent couleur sang. Du sang...J'aime le sang, je suis hématophile. Je fais aussi un peu d'hématodipsie, cela doit être ce qui me procure tant de plaisir à faire couler ce liquide vermeil de mes victimes.
Je ne sais pourquoi y prendre goût. J'ai juste...été...traumatisé ? Par qui ? Par Peter Le Saint, mon propriétaire; je suis encore son esclave acheté au Japon, au marché noir, tant qu'il ne m'a pas libéré. Je ne suis pas si libre que cela en réalité. Je ne suis rien. Rien d'autre qu'un objet. Un esclave et un assassin. Je suis un monstre, c'est ainsi que je me vois.
Je me noie dans du sang, voilà mon cauchemar. Je sais pertinemment que personne ne viendra m'aider. Quant bien même quelqu'un serait là, près de moi, ce ne serait que pour me plonger la tête dans le liquide et rire en me voyant mourir. C'est ainsi, personne ne m'aime. Du moins j'ai cette impression. On ne m'aime jamais pour de bonnes raisons.
Je ne suis rien.
Je suis un être pitoyable.

Le réveil me sort de mon cauchemar. Il est six heures du matin. Enfin ! Je me lève et lentement me dirige vers la salle de bains, où je prends une douche froide après avoir retiré mon boxer noir; oui je dors toujours torse nu. Cela est rare qu'il en soit autrement. Je suis toujours emmitouflé sous les couvertures.
Je cours dans ma chambre faire mon lit et m'habiller. Comme d'habitude. Une chemise blanche à boutons, complet bleu et cravate rouge. Ah ! Et mes converses rouges. Un simple coup de peigne et cela devrait aller.
Je m'installe aussi devant la télé, il est sept heures et quelques. Finalement je l'éteins. Le temps d'aller au cours de...euh...comment se nomme t'elle déjà ?
Ah oui...Alana. Alana Bloom. Pardon...Mademoiselle Alana Bloom.
Je ne sais pas qui elle est mais c'est Anna qui m'a conseillé d'aller assister à ses cours pour me renseigner et ainsi avoir les informations nécessaires afin d'écrire la suite de mon bouquin.

Ah ! Anna ! Que ferais-je sans toi mon amie ? J'aimerais surtout que tu me vois autrement que comme un voisin et un ami !
Je..t'aime...oui c'est cela. Je t'aime.
Mais j'ai l'impression des fois que tu ne me vois pas, est-ce normal ? Ou est-ce vrai ?

Je finis par me gifler mentalement, ce n'était pas l'heure pour se poser ce genre de questions ! Je vais finir par être en retard avec toutes ses conneries !

Je prends le premier bus pour me rendre là où je dois aller et j'arrive un peu en avance. Juste le temps de trouver le lieu et de trouver une place. Tiens, je vais me mettre au fond ! Ah, il y a aussi des élèves déjà présents. Je sors de quoi noter après m'être assis.
Je vois une élève entrer et monter jusqu'à moi pour saluer un ami à mes côtés. Et puis je la vois me fixer; une charmante grande rousse avec des lunettes.
Elle s'écrie, elle est contente. Ah mince...j'avais oublié ce détail. Elle a dû lire mes livres. Chouette, une fan me direz-vous ! Pour moi c'est un peu un fléau ce genre de fans...je n'ai pas envie d'attirer l'attention. Je lui demande de se calmer au cas où mademoiselle Bloom n'arrive mais elle ne veut pas. Je suis assez flatté qu'elle ait lu et adoré tous mes livres, m'enfin tout de même ! Un peu de calme de sa part ne serait pas de refus.
Sa voix aiguë...pardon...suraiguë est assez désagréable. Je n'aurais pas dû prendre cette place...bon tant pis.
Ah ! Je vois quelqu'un entrer. Mademoiselle Bloom certainement ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Lun 27 Jan - 18:38

Alana entra dans l'auditorium alors qu'un léger remue ménage semblait avoir lieu au dernier rang. Ses étudiants avaient beau dépasser la vingtaine, certains gardaient des réactions d'adolescents. La jeune femme ne demanda pas la raison de cette conduite, cela ne l'intéressait pas et puis comme elle l'entendait parfois : il fallait bien que jeunesse se passe.
Déposant ses affaires sur le bureau qu'elle occupait, Alana sortit tous les documents dont elle aurait besoin pendant l'heure puis, une fois prête, toussota légèrement. L'effet fut immédiat y compris pour la jeune fille, fan de l 'écrivain. Les joues rouges, les yeux brillants, l'étudiante se remit droite sur son siège, prête à prendre des notes. Alana se permit un sourire et commença 

 « Bien, je remercie Miss Jones de nous avoir gentiment montré un exemple d'hystérie, mais le cours sur ce sujet est dépassé depuis longtemps. Cependant, il est parfois impératif de garder les bases en mémoire, je l'admets.... »

Il y eut quelques rires polis au premier rang alors que la jeune femme leur tendait une liasse de polycopiés à faire passer. Ce ours ci ne comptait qu'une trentaine de personnes, aussi avait-elle vite remarqué la présence de Cédric. Des inconnus pouvaient assister aux cours de troncs communs, certains préféraient malgré tout envoyer des mails pour prévenir avant mais Alana n'était pas à cela prêt.

L'heure suivante se passa de manière studieuse. On entendait le grattement des stylos sur le papier, ou bien des bruits de claviers pour ceux possédant un laptop. De temps en temps, le froissement d'un paquet de gâteaux pour ceux ne pouvant pas s'empêcher de grignoter, des toussotements, une ou deux questions posées ou, à messes basses, quelques plaisanteries échangées. Le cours portait sur la paranoïa et ses différents degrés. Un petit malin tenta une blague plus ou moins drôle mais personne ne rit réellement.

Elle rappela la date butoir pour un dossier à rendre et libéra ses élèves. Son prochain cours ne serait que dans deux heures, de quoi amplement lui laisser le temps d'un café. Peut-être même d'une pâtisserie, le cerveau ayant toujours besoin de glucose (oui Alana adorait les excuses foireuses pour justifier sa gourmandise. Ainsi, elle était également toujours en « pleine croissance »). L'homme du dernier rang fut le dernier à se lever, la jeune femme releva la tête alors qu'il s'approchait du bureau.

 « En quoi puis-je vous aider, Monsieur.... ? Ah mais ne seriez vous pas l'écrivain ? »

Le visage lui disait quelque chose. Pas un acteur, pas un présentateur de journal télévisé et pas une des nombreuses personnes figurant sur un avis de recherche...à première vue. Non, par contre Alana se souvenait avoir croisé ce regard plusieurs fois en librairie, alors qu'elle retournait un roman pour en lire la quatrième de ouverture. La photo de l'écrivain accompagnait toujours le résumé, comme cela était la coutume.

 « Nous pourrions aller à la cafétéria, leur café est loin d'être mauvais »

Aimable et souriante, la jeune femme prit la bandoulière de son sac bourré à craquer sur son épaule, et invita Cédric à le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Lun 27 Jan - 21:41

La jeune femme qui venait d'entrer, je l'admets, n'était en aucun cas dénué de charme. Mais je la trouvais certainement moins intéressante que ma chère Anna, ou bien l'énigmatique Miss Nazo. Alana Bloom ne manquait pas de répartie à ce que j'entendais. C'était amusant. Elle avait dû me remarquer, nous n'étions que trente personnes dans cette salle actuellement.
 
 « Bien, je remercie Miss Jones de nous avoir gentiment montré un exemple d'hystérie, mais le cours sur ce sujet est dépassé depuis longtemps. Cependant, il est parfois impératif de garder les bases en mémoire, je l'admets.... »

J'écoutai tout le cours avec une attention certaine. La paranoïa, voilà quelque chose d'intéressant. Quelque chose qui me servirait très prochainement.
Je prenais beaucoup de notes sur une feuille. Bon d'accord, mes notes me prenaient surtout trois pages de mon carnet. Quatre en fait. Mes notes étaient assez ardues à relire, je l'admets; s'y mêlaient du français, de l'anglais, du japonais, des symboles mathématiques et un peu d'espagnol. Si quelqu'un d'autre que moi parvenait à me relire...! Ah, j'oubliai deux ou trois abréviations latines reconnaissables. Le "i.e." par exemple. Id est. C'est-à-dire.
Peut-être que vous le saviez déjà, pardon je divague. J'avoue ne pas avoir toujours quelque chose d'intéressant à dire vous savez...
Je ne faisais pas attention aux quelques regards de l'adolescente de tout à l'heure; ladite Miss Jones. Bon, depuis il n'y avait pas qu'elle qui m'observait quelques fois en coin. Mais je ne m'attarde pas là-dessus, ce sujet ne m'intéresse en rien ! Seul le cours et la voix de mademoiselle Bloom me paraît plus intéressant. Hum...pardon...ce sont les deux choses les plus intéressantes qui soient. Je n'ai aucune question à poser, je comprends assez facilement les choses.
Quelqu'un tenta une blague. Ce ne fut pas amusant du tout; je me contentai d'avoir le nez dans mes notes. Ni sourire ni rien d'autre d'affiché sur mon visage. Une expression neutre sans animosité ni expression amicale.
 
Une heure plus tard la professeure avait libéré ses élèves après avoir rappelé une date pour un dossier à rendre; j'avoue ne même pas avoir prêté attention à ladite date et ne saurait en aucun cas vous retransmettre cette information.
 
Je fus en réalité le dernier à sortir. Quelle bizarrerie, ordinairement je ne sors jamais le dernier ! Mais pas le dernier également. J'allai sortir lorsqu'ayant atteint le bureau de la professeure - dieu qu'elle avait un visage charmant ! - j'entendis sa voix.


 « En quoi puis-je vous aider, Monsieur.... ? Ah mais ne seriez vous pas l'écrivain ? »

Je lui souris pour répondre à sa question, en acquiesçant. Grillé !

 « Nous pourrions aller à la cafétéria, leur café est loin d'être mauvais »

Voilà une jeune femme fort courtoise et charmante. Et son sourire...Hum...je ne dois pas penser à quelqu'un d'autre que ma chère Anna...
Elle m'invite à la suivre ? Soit.

 
-Je vous suis mademoiselle...Bloom c'est cela ? Ah et...pour répondre à votre question, c'est cela même; je m'appelle Cedric Law. Je crois que l'hystérique de votre élève - mademoiselle Jones c'est bien cela ?! - pouvait répondre à votre question aisément...
 
J'étais souriant mais un brin gêné en évoquant ce petit épisode peu divertissant pour moi. La répartie de la jeune femme, je devais l'avouer, m'impressionnait assez. Une personne en somme toute charmante.
Je me demande si je pourrais avoir de la mayonnaise avec mon café...
(note de la narratrice: Je ne ferai aucun commentaire là-dessus.)
 
Quelle honte, il me semble que je ne cesse de paraphraser depuis le début de ce post, mais j'avoue ne pas avoir grand chose à dire et...humph...
Je porte soudain la main à la tête. Un soudain mal de crâne et une vision trouble. Je manque de défaillir; problème d'équilibre pour ceux qui ne savent pas ce que j'ai réellement. Je fais comme si tout allait bien, que je n'ai que quelques problèmes avec mon équilibre, cela arrive souvent, dis-je ! Je ne fais aucunement allusion au fait qu'en réalité je commence à voir du sang se répandre sur les murs et des cadavres rampants vers nous.
Mes hallucinations se font de plus en plus fréquentes.
Tout devrait cesser.
Tout...
Je devrais me planter une lame dans le coeur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Mar 28 Jan - 2:03

L'homme n'avait toujours pas expliqué pour quelles raisons il avait éprouvé le besoin d'assister au cours. Alana rencontrait assez fréquemment e genre de situations : des gens tournant autour du pot comme si le simple fait d'hésiter pouvait rendre la temporalité malléable à leur guise. Elle même, prompte à la solitude et habituée à un certain rythme d'études, éprouvait toujours le besoin de répondre le plus rapidement possible lorsqu'on la sollicitait. Cette idée de vitesse et de disponibilité existait également dans sa relation au respect et à l'amitié. La vie d'Alana était son travail, la jeune femme se construisait une chronologie via les cours qu'elle avait à donner ou les appels qu'elle recevait : amis, patients ou même FBI. Il s'agissait alors de compartimenter le temps, son temps, pour aller là où on lui demandait d'être. L'idée même qu'elle ne soit pas obligée de répondre à une sollicitation de l'effleurait pas, n'entrait pas dans sa manière de penser. Il ne s'agissait pas de zèle, juste d'une mécanique bien huilée agrémentée de légères névroses. Rien de dangereux, Alana vivait avec et n'éprouvait aucun regret quant à cela.
Elle supporta donc avec patience sans rien perdre de son sourire, le peu d'explication de Cédric.

 « N'en voulez pas à cette jeune fille, c'est une grande lectrice vous savez ? Et je côtoie tellement de personnes râleuses et aigries que je suis toujours ravie de voie des gens encore capable de s'émerveiller. Mon côté niais je suppose. J'ai au moins un livre de vous chez moi,mais je suis trop tête en l'air pour me rappeler lequel. Ne le prenez pas mal ? »

Tandis qu'ils conversaient, l'homme sembla soudain victime d'un début de malaise. Rien pour effrayer Alana, habituée aux crises de Will, aussi la jeune femme laissa tomber son sac pour simplement prendre le bras de Cédric et le faire s'asseoir sur la chaise. L'étude des pupilles, ainsi que la contraction des muscles contredisaient un simple problème d'équilibre. La jeune femme avait déjà travaillé avec des personnes handicapées présentant ce genre de troubles, ici il s'agissait plus d'autres choses, peut-être pas si éloigné de ce que Will pouvait subir parfois bien qu'elle n'ait jamais évoqué cela en détail avec lui. Pas sur quelque chose que l'homme acceptait si mal.

Calme, Alana posa son index sur le front de l'écrivain tout en adoptant une voix douce, légèrement grave comme le ronronnement d'un moteur. Quelque chose de régulier, un son précis auquel se raccrocher, ainsi qu'on l'enseignait dans certaines techniques de relaxation.

 « Vous avez plongé, n'ayez pas peur. Fermez les yeux, respirez calmement par le ventre si vous pouvez. C'est cela, gonflez-le en inspirant, très bien.... Maintenant, vous allez remonter. Gardez les yeux fermés, concentrez-vous sur une couleur, une sensation...Pensez à l'odeur du chocolat, quelque chose de doux et sucré. »

Sans chercher à provoquer la moindre douleur, la pression de son doigt s'intensifia un peu contre le front de l'homme. Et, tout en continuant de parler, elle caressa le front de bas en haut dans un massage précis.

 « A présent rouvrez les yeux, un..deux....trois et...voilà. Vous êtes remonté. Restez assis encore un peu, prenez votre temps... ça va mieux ? »

Revenir en haut Aller en bas
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Mer 29 Jan - 14:50

Quelques secondes avant qu'il n'ait son malaise... - oui retour de la troisième personne du singulier, Cedric est dans l'incapacité de relater correctement à la première personne; il est juste un peu en train de faire un malaise hein...
 
 « N'en voulez pas à cette jeune fille, c'est une grande lectrice vous savez ? Et je côtoie tellement de personnes râleuses et aigries que je suis toujours ravie de voie des gens encore capable de s'émerveiller. Mon côté niais je suppose. J'ai au moins un livre de vous chez moi, mais je suis trop tête en l'air pour me rappeler lequel. Ne le prenez pas mal ? »

Non, bien sûr que non qu'il ne le prenait pas mal. Il ne le prendrait jamais mal. Il se contenta de sourire. La professeure était charmante et, quelque part, lui rappelait assez Anna. Les longs cheveux bruns probablement. Et sa courtoisie.
Non, Cedric n'était ce genre d'écrivains ayant la grosse tête. Il ne se vantait pas d'être auteur et d'avoir écrit des livres que les fans du genre appréciaient. Il n'avait de problèmes avec son ego. Non aucun. Il avait juste un problème avec les gens en général, sa folie, et ses pulsions meurtrières.
 
Quelques secondes après le malaise...
 
Bon, vous avez lu le précédent post je ne ferai donc pas de paraphrase, je passe directement à la suite.


 « Vous avez plongé, n'ayez pas peur. Fermez les yeux, respirez calmement par le ventre si vous pouvez. C'est cela, gonflez-le en inspirant, très bien.... Maintenant, vous allez remonter. Gardez les yeux fermés, concentrez-vous sur une couleur, une sensation...Pensez à l'odeur du chocolat, quelque chose de doux et sucré. »

Il écouta la voix douce légèrement grave. Elle avait une si jolie voix...
Cedric l'écouta attentivement et obéit. Il respirait doucement et avait les yeux fermés.
Il songea à Anna...mais son souvenir fut soudainement balayé par le visage de l'énigmatique Miss Nazo qu'il avait autrefois aimé. Ses lèvres délicates et sa peau douce ayant l'odeur des chrysanthèmes. Il se concentra sur la couleur de ses draps dans sa chambre, ils étaient blancs et semblaient tels des linceuls. Il se concentra sur la douceur des mains de la tueuse à gages nippone. Il se concentra sur l'odeur du thé préparé par Shitsuji. Il se concentra sur l'odeur du majordome aux yeux de thé la première fois qu'ils avaient couché ensemble.

 
 « A présent rouvrez les yeux, un..deux....trois et...voilà. Vous êtes remonté. Restez assis encore un peu, prenez votre temps... ça va mieux ? »
 
Cedric rouvrit les yeux tranquillement...
 
________________

 
(note de la narratrice: Oui, oui, on repasse du point de vue du romancier là...)
 
Je ne saurai dire ce qu'il s'est réellement passé. Je...hum...aurais-je fait un malaise ? Ah oui...très certainement...
Voilà qui est assez gênant...Et juste devant une charmante jeune femme qui plus est ! Ceci est quelque peu pathétique, je me sens pitoyable. Je tente un sourire mais il est faible; je suis faible en fait. Je reste assis, je ne peux pas me lever tout de suite; autrement, et me connaissant, c'est dans les pommes que je tomberai. Enfin par terre plutôt...bref, vous avez compris l'expression.
Je la remercie de son aide. Je la remercie pour tout.
Oui, bien sûr que je vais mieux, c'est ce que je lui réponds en tous cas.
 
Je reprends ma respiration. Je vais nettement mieux. Je me lève, ramasse son sac prestement et le lui tend en souriant aimablement.

 
-Merci ! Merci beaucoup.
 
J'ajoute également, conscient que j'avais oublié de lui dire les raisons de ma venue à son cours; mais quel idiot je fais parfois...Je m'en désole moi-même.
 
-J'ai bien aimé votre cours; j'étais venu pour récolter des informations pour mon prochain bouquin. J'espère que ma présence n'a pas dérangé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Ven 31 Jan - 22:11

Bras croisés, Alana observait l'homme étrange devant elle, l'écrivain, et parut se perdre un instant dans l'espace qu'elle mettait entre elle et le monde. Fatiguée, le maquillage léger ne masquait pas complètement les cernes sous ses yeux, la jeune femme sembla soudain comme prisonnière de cette salle de classe. Prisonnière et condamnée. Elle secoua la tête alors, et son ton était bel et bien celui d'un professeur.

 « Vous aimez tourner autour du pot, pas vrai ? Pas moi, c'est du temps perdu et je n'ai pas toute ma journée. Vous voulez des informations, des détails... mais dois-je encore vous cuisiner encore une heure ou deux avant que vous ne me disiez le sujet de vos recherches ? »

Elle sermonnait comme on le ferait pour un enfant hésitant, et Alana Bloom avait l'habitude d'être écoutée, elle qui devait parfois à son autorité et son culot le simple fait de pouvoir s'imposer dans une profession misogyne. Cependant la jeune femme ne perdait rien non plus de la douceur qui semblait la caractériser. Une impression amère non pas de fragilité mais d'inéluctabilité comme si, transparente dans l'espace et le temps, Alana semblait déjà condamné.

 « Vous voulez mon aide ? Très bien...Cependant vous essayerez de ne pas déformer mes propos autant que possible mais si je sais que cela ne sera pas parfait. C'est normal, votre travail sera aussi d'enjôliver sinon autant lire un manuel de médecine... Je suppose que ce sera pour une maladie psychologique ? Alors mon premier conseil est de toujours se souvenir que les malades sont enfermés dans leur solitude et surtout, en souffrance »

De l'empathie, Alana en avait toujours eu. Peut-être même un peu trop, c'était différent de Will, de ce qu'il pouvait faire. Alana n'était pas une actrice, une éponge absorbant les émotions d'autrui, mais une spectatrice observant les dégâts et, tout en les listant, étant aussi capable de s'en émouvoir.

 « On voit souvent des personnes atteints de TOCs ou de dédoublement de personnalité dans les livres ou les séries télé. Soit il s'agit d'une chose gentillette pour des gags à l'humour bon enfant, doit ce sont des serials killers dans les shows policiers. Il y a aussi ce regain d'intérêt pour la sociopathie...les experts ont beau toujours se demander si oui ou non le terme de sociopathie est valable, et chercher encore à le définir...l'opinion populaire a décidé de lui accoler le terme « glamour » pour que celui ci soit vendeur. Il n'y a aucune noblesse dans la maladie mentale, aucune beauté non plus mais des combats d'hommes et de femmes et de tous ceux autour d'eux. Maintenant dites moi ce que vous comptez écrire... »

De toute évidence il n'était plus question de café. Pas lorsque l'homme semblait si peu enclin à parler et faire des efforts. Avec un sourire poli, Alana consulta sa montre...Dans 1h30 il lui faudrait donner son prochain cours...Alors, parviendrait-elle à tirer plus de trois mots à l'homme dans un si court délai ?
La jeune femme sortit une pomme de son sac, tirant une chaise près de Cedric.

 « Ca ne vous dérange pas si je mange un peu ? Après je n'en aurai plus le temps... »

Et, sans attendre de réponses, croqua dans le fruit. Un petit coup de fouet bienvenue pour les heures suivantes.
Revenir en haut Aller en bas
Cedric Law
avatar

Messages : 349
Avatar : David Tennant
Crédits : Akuma


» ID Card
Emploi: Romancier
Relationship:


MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   Ven 14 Fév - 19:00

(note de la narratrice: Bien...après cette longue absence et ce gros retard de réponse dont je m'excuse platement ne trouvant point les mots exacts confiant ma pensée et tout ce que je ressens, ne tergiversons et ne paraphrasons point afin de nous pencher sur l'action in medias res actuelle; attendez...je suis en train de raconter quoi comme âneries là ?! Bon attendez...On va récapituler deux trois trucs et on repart de suite:
 
Cedric Law, romancier de son état, ayant simplement besoin de renseignements pour son bouquin s'en va récolter lesdites informations durant un cours donné par la charmante protagoniste féminine de cette histoire; j'ai nommé Alana Bloom. S'ensuit donc un entretien après le cours où la professeure ne semble pas avoir de temps à perdre bien évidemment et Cedric ne va pas tarder à s'en aller. Sauf que...
Ah bah oui spoilers...Je ne vais pas tout dire dès le début de ce post tout de même concernant le personnage masculin et détraqué de ce bout d'histoire, n'est-ce pas ? Où serait le plaisir de relater quelque chose autrement ? Du suspense que diable !
Bon...après cette brève introduction limite inutile je m'en excuse, passons à l'action sans plus tarder et sans transition aucune...ahem... - et retour au point de vue interne aussi; celui de Cedric Law donc.)
 
________________


 « Vous aimez tourner autour du pot, pas vrai ? Pas moi, c'est du temps perdu et je n'ai pas toute ma journée. Vous voulez des informations, des détails... mais dois-je encore vous cuisiner encore une heure ou deux avant que vous ne me disiez le sujet de vos recherches ? »

Quel impoli je fais parfois. Hélas tourner autour de pot, je l'avoue, fait parti de mes exécrables habitudes; en société je ne sais pas aller directement droit au but. Cette femme a raison je crois lui faire perdre son temps, je ferai mieux de tout lui dire maintenant.
Quel impoli et quel idiot fais-je...
Mais avant que je puisse dire quelque chose d'autre elle rajouta ceci - c'est étrange à quel point lorsqu'elle parla j'eus l'impression de me retrouver quelques années dans le passé, comme devant cette professeure lorsque j'étais plus jeune et qu'elle me sermonnait comme si j'étais un enfant.
Enfin bref...ne nous éloignons pas du sujet principal.


 « Vous voulez mon aide ? Très bien...Cependant vous essayerez de ne pas déformer mes propos autant que possible mais si je sais que cela ne sera pas parfait. C'est normal, votre travail sera aussi d'enjôliver sinon autant lire un manuel de médecine... Je suppose que ce sera pour une maladie psychologique ? Alors mon premier conseil est de toujours se souvenir que les malades sont enfermés dans leur solitude et surtout, en souffrance »

J'écoutais attentivement, prenant des notes mentales; oui je mémorise très bien ce genre d'informations. Ma mémoire ne m'ayant rarement fait défaut d'ailleurs. Hormis certains souvenirs traumatisants ressurgissant parfois dans mon inconscient lorsque je dormais; cela je le savais, ce que j'ai essayé d'oublier ne cessera jamais de me hanter. Je suis condamné de vivre avec cela toute ma vie durant.
Enjoliver ce qui pourrait me servir ? Hum...d'une certaine manière elle n'avait pas tort. Cela était effectivement mon travail, bien que je préférais rester le plus réaliste possible; mais cela je crois que vous le saviez déjà.


 « On voit souvent des personnes atteints de TOCs ou de dédoublement de personnalité dans les livres ou les séries télé. Soit il s'agit d'une chose gentillette pour des gags à l'humour bon enfant, doit ce sont des serials killers dans les shows policiers. Il y a aussi ce regain d'intérêt pour la sociopathie...les experts ont beau toujours se demander si oui ou non le terme de sociopathie est valable, et chercher encore à le définir...l'opinion populaire a décidé de lui accoler le terme « glamour » pour que celui ci soit vendeur. Il n'y a aucune noblesse dans la maladie mentale, aucune beauté non plus mais des combats d'hommes et de femmes et de tous ceux autour d'eux. Maintenant dites moi ce que vous comptez écrire... »

Ce qu'elle disait, je l'avais déjà vu dans la réalité et si avant cela je pensais que le dédoublement de personnalité du type, le gentil d'un côté et le méchant de l'autre, ne soit qu'une légende ou du moins un cliché, je me suis bien vite rendu compte que ce ne devait pas être le cas pour tous; une histoire d'un libraire londonien fiancé à une charmante nourrice un peu cinglée. Il s'appelle Bartholomew Dawson, ou Perkins si on s'adresse au sociopathe; oui cet homme à la fois un problème de personnalité et est également sociopathe pour le côté qui se nomme lui-même Perkins - on est pas dans la mouise...
Quant à moi je suis également un sociopathe sans beaucoup de sentiments et encore moins de pitié.
(note de la narratrice: Oui, enfin c'est ce qu'il dit; en réalité c'est plus un psychopathe développant lui-même une autre personnalité et étant aussi schizophrène, ce qui explique principalement ses hallucinations morbides. Oui ce personnage est à enfermer, mais on se calme ce n'est pas l'heure. Quant à son autre personnalité, on verra cela en temps voulu.)


« Ca ne vous dérange pas si je mange un peu ? Après je n'en aurai plus le temps... »

Rien ne me dérangeait de sa part et quant bien même j'aurai dit non - ce qui aurait été diablement impoli de ma part - cela aurait été me semble t-il totalement inutile.
Bon...à mon tour de dire ce que j'avais à dévoiler.

 
-Je m'excuse, j'ai toujours tendance à tourner autour du pot; je n'arrive pas à me débarrasser de cette sale habitude...En fait le personnage principal du livre que j'écris a une double personnalité; mais je ne connais pas tous les symptômes qui pourraient le trahir. Et Internet ne raconte que pas mal d'inepties.
 
Je portais la main gauche à ma tempe; je commençais de nouveau à avoir mal à la tête. Que m'arrivait-il encore ? Pourtant d'hallucinations visuelles. Pas de sang sur les murs.
Extérieurement je semblais juste normal. Je cachais simplement le fait que j'entendais des murmures dans la pièce où nous étions. Des murmures ayant ma propre voix, mais je savais que je n'étais pas en train de parler puisque j'étais en train d'écouter les réponses de cette charmante Alana Bloom.
Qu'avais-je donc ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut aussi savoir se renseigner à l'ancienne [Alana Bloom]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut bien savoir choisir ses amis ... [Nico/Elo]
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...
» Il faut parfois savoir se montrer déraisonnable… | Philippe d'Artagnan
» JARVIS, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher.
» A défaut de savoir dessiner, je sais écrire ! (Si si, j'vous promet !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THIS IS MY DESIGN :: Archives des Rps
-